Chronique littéraire : "Les stagiaires", par Samantha Bailly

Publié le par Wendy-Belle

 

                                    

Edition Milady, paru en 2014

 

Résumé : Dans le cadre d'un stage d'une durée de six mois, nous partageons le quotidien d'Arthur, Ophélie, Hugues, Vincent, Alix et Enissa, au sein de l'entreprise de mangas et jeux vidéos Pixis. Tous rêvent d'obtenir une place, mais comme bien souvent, c'est "beaucoup d'appelés pour peu d'élus".  La question se pose alors : Qui restera ?

                                                                                                                                                                                             

C'est un livre qui, par son sujet et sa couverture, ne m'aurait pas forcément attiré si j'étais passé devant en librairie. C'est en regardant la vidéo coup de coeur de Margaud, du blog Margaud liseuse, qui, ne tarissantt pas d'éloges sur le sujet, que je me suis laissée tentée.

J'ai bien fait.

On entre donc dans la vie d'Ophélie et d'Arthur, jeunes adultes ayant obtenu un stage chez l'entreprise de jeux vidéos Pyxis, rêvant d'obtenir une place à temps plein par la suite. Ils viennent tous deux de milieux bien différents. Elle vient d'une famille modeste, il fait parti de la bourgeoisie parisienne. Un chapitre sur deux, nous alternons avec une fois le point de vue de la jeune fille et une autre celui du jeune homme, ce que j'ai trouvé intéressant, en plus des quelques paroles de chansons à chaque début de chapitres.

Côté personnages donc, j'ai beaucoup aimé le personnage d'Ophélie, tout d'abord timide, qui gagne peu à peu en assurance, même si parfois je n'ai pas compris les choix qu'elle faisait, ses changements d'attitudes. Elle se lie vite d'amitié avec Alix, une geek un peu déjantée qui m'a beaucoup fait rire, (qu'Arthur surnomme "Sapin de Noël") et Hugues, le "hypster", qui, je l'avoue, sans savoir trop pourquoi, m'a souvent tapé sur les nerfs. 

Ensuite, il y a Arthur. Un connard, un vrai, qui s'assume, qui boit plus que de raison jusqu'à la limite du coma éthylique, fait la fête à tout va, sortant avec une fille tout aussi bourgeoise que lui, Juliette, qu'il a trompé de nombreuses fois sans scrupules. Elle a beau être au courant, elle revient toujours vers lui après avoir fait une scène, en s'excusant, qui plus est. Elle m'a à la fois exaspéré et fait de la peine, car malgré touuut le mal qu'il lui fait, elle n'arrive pas à se résoudre à le quitter. Pour en revenir à Arthur, j'avoue que j'ai rarement vu un personnage aussi pervers que lui, qui voit très bien où se trouve la bonne chose à faire, mais qui pourtant trouve un plaisir presque malsain à faire tout le contraire. "On me donne mon rêve et je le brise", dit-il. Cependant, malgré sa salopardise assurée, il m'a quand même touché, bien qu'il m'est par bien des fois donné envie de lui arracher les yeux de la tête, essentiellement lorsqu'on lit ses pensées envers Alix ou certaines conversations avec Ophélie. Je le sentais perdu dans ce monde, comme pas libre de ses mouvements, ayant devant lui une route dorée oui, mais une route qu'il n'a pas choisit. Lui qui, au début si sur de lui, perd peu à peu un peu de cette assurance, ce qui l'a rendu un peu plus humain, j'ai trouvé, contrairement à Ophélie, qui peu à peu gagne en assurance et pense davantage à elle, ce qui est aussi une bonne chose, car elle avait tendance à se laisser un peu marcher sur les pieds. 

La fin m'a, je l'avoue, laissé un peu en suspens. Je m'y attendais sans vraiment m'y attendre, je ne sais pas trop comment dire. Je l'ai trouvé bien, même si j'espérais quelque chose d'autre. En y repensant, c'est un roman qui illustre parfaitement un passage de la vie dans l'apprentissage, et donc la fin est bien adaptée à cela. (Je note que la toute dernière page m'a énormément fait rire.) J'ai trouvé certains passages de l'auteure vraiment beaux à lire, et aussi très drôle, le rythme est bien tenu, je ne me suis pas ennuyée au cours de cette lecture. 

En conclusion, c'est un sujet qui pourrait en intéresser plus d'un à mon sens, et si tel n'est pas le cas, je dirais que la construction des personnages principaux mérite le fait d'être lue. Ce fut une bonne surprise de découvrir ce livre et cette auteure, dont j'entend énormément de bien depuis son livre "Ce qui nous lie", et je remercie donc Margaud, sans qui je ne me serais donc probablement pas lancée. 

Je me suis plu ici. J'ai aimé voir des personnes différentes, des marginaux. Les artistes et les passionnés, je les admire, mais en devenir un, ce serait complètement autre chose. Un choix de vie absolu, sans retour en arrière.

Commenter cet article

topobiblioteca 24/09/2014 16:27

J'ai lu ce livre cet été, et j'ai trouvé que l'auteure a abordé le sujet d'une façon réaliste et très juste.

Nine 17/08/2014 20:17

Margaud avait attisé ma curiosité pour ce bouquin, mais j'me suis jamais laissée tenter, ton avis me donne bien envie d'aller à la fnac pour l'acheter ! En tout cas ton blog est vraiment chouette, je te souhaite une belle continuation :)

Tiffany 17/08/2014 21:47

C'est adorable Nine :3 je continue à suivre ton propre blog de près !