Chronique littéraire : "Will & Will", de John Green et David Levithan

Publié le par Wendy-Belle

Edition Gallimard collection Scripto, parution en 2010, réédité en 2014.

Résumé : Will Grayson se méfie des sentiments. Les histoires de cœur portent la poisse, tout le temps. Alors dans la vie, autant se faire discret. Son meilleur ami, Tiny Cooper, est à la fois une bénédiction et une vraie plaie : ami fidèle et rayonnant, il est aussi ouvertement gay que corpulent et n'a pas l'habitude de passer inaperçu.
À l'autre bout de ville, un adolescent en pleine déprime assume mal sa différence. Le hasard veut qu'il se nomme lui aussi Will Grayson...

                                                                                                                                                           

Aujourd'hui est un jour sombre. Le jour où j'ai enfin reposé ce livre en l'ayant terminé. 

Moi qui me faisait plutôt une joie de lire ce livre.

(Je vais me contenter de vous mettre un gif de ma réaction.)

Quelle déception...

 

 

Bon. Clarifions les choses. Je ne sais pas si j'ai lu ce livre dans une mauvaise optique. Je n'avais lu aucune chronique, j'avais à peine survoler le synopsis, en fait je ne l'ai acheté que parce que Gallimard a refait les couvetures des romans de John Green, et ayant apprécié ses autres livres, je me suis laissée tenter en librairie. En prenant un livre qui s'appelle "Will & Will", je m'attendais un minimun à une histoire entre ces deux Will. Il y en a une, certes, mais je l'ai trouvé tellement minime que j'ai passé mon temps à attendre que quelque chose se passe entre eux, qu'ils apprennent à se connaître, je ne sais pas. Mais non. Bon. Je m'explique.

La narration est partagée entre le premier Will Grayson, et le deuxième Will Grayson. On les différencie l'un de l'autre car l'échange se fait à chaque chapitre, la manière se s'exprimer est évidemment différente, et la mise en page même est différente. Bref.

- Le premier Will Grayson est un Will assez... Disons qu'il est convaincu que tout vaut mieux que ce qu'il pense, qu'il vaut bien qu'il se la ferme, et passe plus ou moins sa vie à essayer de ne jamais se faire remarquer, suivre ses amis dans leurs sorties et subir les exigences de la vie. 

 -Le deuxième Will Grayson est rongé par la depression et rien ne semble trouvé grâce à ses yeux, tout dans la vie est au même niveau, c'est à dire au summun de la médiocrité. Seule exception à cela : Isaac, un garçon rencontré sur le net, pour qui il est fou d'amour.

Premièrement, le début de ce livre est long, extrêmement long. Je me suis ennuyé à mourir. Je veux bien qu'un roman prenne son temps pour mettre son histoire en place... à condition qu'une histoire soit à mettre en place. Dans le résumé du livre, on nous parle du meilleur ami du premier Will, Tiny Cooper. Et au final, malgré le fait que ce soit les deux Will qui raconte l'histoire chacun de leur point de vue, le personnage au contre de tout, c'est Tiny. ça, c'est une chose qui m'a perturbé, même si ce personnage est intéressant, j'ai trouvé que la narration n'était alors pas pertinente. 

Les choses s'enchaînent à la fois lentement (les auteurs nous racontent des banalités de la vie quotidienne, nous donnons bieeeen l'impression de faire du remplissage ), mais à la fois super vite, en multipliant les ellipses narratives. Si quelques fois cela s'avère être nécéssaire, parfois j'ai vraiment eu l'impression de me retrouver devant une fanfiction mal travaillée où on zape tout pour aller vite.J'étais vraiment à deux doigts d'abandonner ce livre, quand enfin il s'est passé quelque chose : Les deux Will se rencontrent, (Au bout de CENT TRENTE PAGES) pour une certaine raison que je ne raconterai pas pour ne pas vous spoiler. Sauf que voilà, ils se rencontrent. Mais c'est pratiquement tout, vu que c'est là qu'on voit qu'en fait, le personnage central, c'est Tiny. C'est lui le lien entre les deux Will. Il prend tellement de place (étonnant, vu que dans le livre il est comparé plusieurs fois à un éléphanteau...), qu'il efface totalement les intrigues entre le premier Will et la prénomée Jane, et le second Will et ses... En fait, à part Tiny, il n'y a rien dans la vie du second Will. Et pourtant, c'était lui que j'ai préféré (si préférance il doit y avoir), parce qu'il était le seul que je pouvais comprendre, et son cynisme m'a parfois fait rire. Cependant, il vient un moment où le tout c'est... trop.

  

 

La principale raison pour laquelle je lis les romans de John Green, c'est que j'aime les reflexions, références et métaphores qu'il y place. Mais là... J'ai trouvé, personnellement, qu'il essaye d'en mettre (à moins que ce ne soit David Levithan, difficile de dire quelle idée était à qui), mais que c'était râté. La philosophie, la morale qu'il a voulu y mettre, (notamment sur la vérité),  malgré sa noblesse, était... mal travaillée. J'ai conscience des messages que les auteurs ont voulu transmettre à travers ce livre, mais ça ne suffit pas à rendre ce livre magnifique. Je suis d'avis que l'argument du "c'est ça ça et ça que j'ai voulu montrer"  ne justifie pas tout. Peut être que toutes ces choses que j'ai a reproché à ce livre ont été voulues, mais je ne pense pas qu'il soit dans l'intention d'un auteur d'assomer son lecteur à coup de lassitude. J'ai eu l'impression que les personnages faisaient des va et viens dans leurs opinions sans pour autant jamais aller nulle part. Je n'ai pas trouvé les métaphores pertinentes. Qui plus est, le petit détail qui m'a énervé, était les petites choses que l'on retrouve dans Nos étoiles contraires. Roman parût après  Will & Will. Et ces petites choses, bien que légères, m'ont fait  une fois de plus penser que John Green râbache ses mêmes choses dans ses romans. Ce qui est dommage, pour un talent pareil. Honnêtement, en lisant les dites références et les dites métaphores, je me disais "quoi mais quoi ? Mais qu'est ce qu'il dit ? Mais ça prouve quoi, ça ?" 

Le roman tourne autour de la comédie musicale qu'écrit et met en place Tiny. Et cette fin... Je ne l'ai juste pas comprise. Enfin, je l'ai comprise, mais je n'ai pas compris pourquoi les auteurs ne se sont pas dit que quelque chose n'allait pas. J'ai trouvé ça... Incohérent. Sans pertinence. Ce genre de fin où vous vous dîtes "quoi, c'est tout ? Tout ça pour en arriver là ?"

Je suis dure avec ce livre, je sais. Mais je l'ai refermé en étant clairement énervée. Il y a un loooooong passage de près de cent trente pages qui est supposé mettre en place l'intrigue. Puis, il y a un passage plus court où je me suis dis "cool, on va enfin partir sur quelque chose d'intéressant!" Puis ça retombe. Une fois encore. Puis ça remonte juste le temps de deux pages vers la fin, suite à une certaine conversation entre le second Will et une certaine Maura. Puis ça retombe... Pour ne plus remonter. 

Pour deux génies de l'écriture adulés de tous tels que ces deux auteurs, (n'ayant jamais lu de David Levithan, je ne peux pas juger), je m'attendais à quelque chose d'absolument grandiose. De plus travaillé. J'ai eu l'impression d'avoir à faire à du bâclé. Ce serait cracher sur la soupe de dire qu'il n'y a pas eu certains paragraphes intéressants ou beaux à lire, mais ça s'arrête vraiment là pour moi.

 

Sorry. Disappointing.

Vous l'aurez sans doute compris, je ne recommande pas ce livre, en tout cas certainement pas en tant que premier livre d'un des deux auteurs. Si vous l'avez lu, n'hésitez pas à me dire ce que vous en avez penser, je suis curieuse de savoir s'il n'y a que moi sur Terre à ne pas avoir aimer ce livre.  En tout cas, je voulais m'attaquer directement ensuite à An abundance of Katherines, mais je crois qu'au final je vais attendre, histoire de faire une pause avec John Green.

 

je voudrais pouvoir lui dire que j'ai juste envie d'être moi-même. et d'être avec quelqu'un qui est lui-même, point final. je veux voir au-delà des faux semblants et des mensonges pour atteindre la vérité. et peut être elle et moi n'atteindrons nous jamais la vérité davantage qu'en cet instant précis où nous reconnaissons l'existence du mensonge et des sentiments qui se cachaient derrière.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Agathe 30/10/2014 15:05

Huum déjà que je ne voulais pas lire ce livre ton avis me conforte dans mon refus ^^'
Je ne suis pas très fan de John Green et l'autre auteur je ne le connais pas mais une chose est sur je ne précipiterais pas sur ce livre !

Tiffany 30/10/2014 15:30

Il parait que David Levithan est un auteur très talentueux... Je n'ai pas eu l'occasion de le lire mais Everyday me tente beaucoup ! Mais en effet je ne recommande pas du tout ce livre...

Liphéo 05/10/2014 23:26

J'ai eu un peu le même ressenti que toi... En moins déçue peut-être, mais étant signé John Green, je m'attendais à mieux, forcément... :p

Tiffany 09/10/2014 00:00

Vraiment il m'a dégoûté pour le coup, j'arrive pas à me plonger dans le truc des Katherines maintenant là... :(

alison 28/09/2014 21:09

Je n'ai encore jamais lu de John Green mais maintenant il est certain que je ne commencerai pas par celui ci !

alison 02/10/2014 23:10

Ca tombe bien, c'est celui ci qui est dans ma liseuse ;)

Tiffany 28/09/2014 22:53

Il ne vaut mieux pas en effet (enfin ce n'est que mon avis...)
Mais tu peux te rabattre à 1000% sur Qui es tu Alaska ! (un énorme coup de coeur; son meilleur livre à mon sens ♥)

Dune and Effie 28/09/2014 14:01

Ah, c'est dommage :( Je suis en train de le lrie mais contrairement à toi, j'aime bien...

Tiffany 28/09/2014 16:37

Tant mieux si tu passes un agréable moment de lecture ^^ Moi ce livre m'a .. Fiouuuuu , fatigué, on va dire x)