Review ciné : "The Giver", réalisé par Phillip Noyce

Publié le par Wendy-Belle

Résumé : Dans un futur lointain, les émotions ont été éradiquées en supprimant toute trace d'histoire. Seul "The Giver" a la lourde tâche de se souvenir du passé, en cas de nécessité. On demande alors au jeune Jonas de devenir le prochain "dépositaire de la mémoire"...

                                                                                                                                   

 

C'est un film dont on a beaucoup entendu parler récemment, et pour cause : Il s'agit de l'adaptation du célèbre roman éponyme du même nom que le film, écrit par Lois Lowry en 1993. Forcément, dés lors, adaptation oblige, se dresse alors un combat entre les pro livres et les pro films, la fidelité de celui ci par rapport au précédent, la concordances des scènes et des changements... Bref, les débats fusent.

Pour ce qui est du roman, je vous laisse aller voir la chronique qui lui est dédié, qui fut un coup de coeur. 

En ce qui concerne le film, j'ai tout, mais tout, entendu sur le pourquoi du comment ce film était pourri. Face à tant de critiques négatives, et juste après avoir fini le livre (que j'ai adoré), je me suis attelée à son visionage. Ma conclusion est que... Vous êtes sérieux ? x) 

Je vous l'accorde tout de suite, l'un des plus gros points négatifs est bien la claire inspiration des autres films dystopiques de cette décennie : Hunger Games pour l'introduction, Divergente pour la Cérémonie de l'Assignement... La dimension futuriste crée par des technologies bien plus avancées que les notres telles que la télé projection en temps réel était... Déconcertante, car elle n'a pas de portée. Nous ne sommes pas sur une reflexion concernant les nouvelles technologies, et dans une dystopie visant à préserver, se limiter au nécéssaire et se mettre sur un pied d'égalité avec tous, mettre à disposition de certains la disposition de telles technologies mais pas à d'autres, c'est un petit peu contradictoire.

La seconde chose que je pourrais reprocher serait la mise en rapport des scènes entre elles, que j'ai parfois trouvé trop rapide. Nous sommes presques directement mis face à la cérémonie du choix, or il aurait pu être profitable de nous montrer le quotidien de Jonas avant que celui ci ne se mette à changer.

En revanche, du moment où Jonas entame son entraînement avec le passeur jusqu'à la fin (et quelques exceptions près), le film est génial. Les scènes de transmission de la mémoire sont justes magnifiques, les émotions qu'elles procurent, joie comme souffrance sont excellement bien retranscrites, les reflexions sur pourquoi leur a t-on retiré la couleur, la neige, les anniversaires, la danse, la musique... tout cela est rudement bien mené. La façon dont Jonas essaie de changer les choses de plus en plus est fascinante, nous sentons bien sa frustration montée quand il prend conscience de toutes les choses qu'il peut voir et connaître, et que les autres ne voient pas et ne connaissent pas. 

Pour ce qui est de la romance... Et bien, je ne l'ai pas particulièrement apprécié, je dois le reconnaître. Cependant, elle était nécéssaire pour aider le jeune Jonas à... Faire ce qu'il veut faire. De plus, cela donne lieu à des scènes que l'on a pas pu voir dans le roman, étant donné que nous suivons uniquement le parcous du personnage principal. Je trouve plus regrettable le traitement des personnages d'Asher, qu'ils ont dénaturé, et du "Chief Elder" joué par Meryl Streep, qu'ils ont voulu faire passer pour la méchante, alors qu'elle ne faisait que le boulot pour lequel quelqu'un avant elle l'avait choisit. De plus, elle ne devrait pas avoir connaissance de ce que contient la mémoire du Passeur, ce qui doit être une erreur de scénario. Ce sont les quelques péripéthies précédant la conclusion qui m'ont paru bien trop grosses pour passer, nous rappelant quelques scènes de Hunger Games. Cependant, une fois que ceci est fait, les dernières scènes de fin sont... superbes. 

Ce film a des défauts, c'est évident. Cependant, je suis partisante qu'il mérite d'être regardé. Il a conservé l'essence des reflexions que mène le bouquin, et a bien mené sur écran des images incroyables désignant les souvenirs enfouis. Certes, il succombe à des facilités scénatisques classiques, mais cela ne nuit pas à la qualité de sa réflexion, ni à l'avancement de son intrigue. Cependant, je comprends tout à fait qu'il n'ait pas pu plaire à tout le monde, du fait de ses défauts et de la tournure qu'il peut prendre par rapport au livre.

En fait, je trouve les scènes entre Jonas et le Passeur tellement réussies que pour moi, cet aspect éclipse tout le reste.

Donc, contre vents et marées, je veux me jouer l'avocate du Diable, et vous conseille de regarder ce film. Et de lire le livre. 

 

Et de boire du jus de citron. Mais ça, ça n'a rien à voir. 

Publié dans review cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Léa Touch Book 27/12/2014 18:23

Il faut absolument que je le vois ! :)

Tiffany 27/12/2014 19:42

Je te le recommande en effet !