Chronique littéraire : "Miss Peregrine et les enfants particuliers", tome 1, par Ransom Riggs

Publié le par Wendy&Belle

 

Editions Bayard Jeunesse, parût en 2012, 2011 en VO.

Résumé : " Jacob est un ado comme les autres, excepté qu'il se pose des questions sur son mystérieux grand-père. Quelles sont ces étranges photos d'enfants qu'il lui montrait quand il était petit ? Les histoires qu'il lui contait sur eux étaient-elles vraies? Et pourquoi disparaissait-il aussi souvent ?
Tout s'accélère le jour où il le retrouve blessé dans son jardin. Jacob a vu des monstres, il en est sûr, et personne ne veut le croire. Il ne lui reste qu'à suivre les dernières instructions qu'a murmuré son grand-père avant de rendre son dernier souffle... "

                                                                                                                                                                         

Hmmm. Que dire, et comment le dire...

"Je venais juste de me résigner à vivre une vie ordinaire, quand des évènements extraordinaires se sont produits." Quelle première phrase accrocheuse !

Je voulais lire ce livre depuis un bon moment. Il faut dire qu'avec tous les avis coups de coeur que j'entendais... Alors, quand je l'ai vu en librairie, j'ai craqué. Il n'y en avait qu'un, et je me suis dis "il me le faut !" Pourtant, j'ai attendu, avant de le lire, un peu. Comme si je voulais me préparer à la lecture explosive que j'attendais.

C'est là que s'annonce le "hmmm" du "ça se complique." J'ai beaucoup aimé ma lecture, jusqu'aux trois quarts du roman, ou jusqu'à un petit peu avant. Ensuite, il s'est passé quelque chose qui a fait que... Je ne sais pas. D'une histoire sensationnelle, j'étais passée à un banal livre fantastique jeunesse.

Bon. Commençons déjà par les points positifs

  • L'originalité de l'oeuvre, évidemment. L'objet livre lui-même est magnifique, les photographies dont on ne cesse de parler sans incroyables, et font toute l'histoire. J'ai adoré découvrir l'annecdote de chacune d'entre elles. D'ailleurs, j'ai adoré la base de l'histoire, toute cette intrigue autour du passé du grand-père de Jacob, cette quête de vérité.
  • J'ai adoré la narration. Le narrateur, Jacob, le personnage principal, nous raconte cette histoire avec à la fois beaucoup de fascination, et beaucoup de sarcasme. Je ne suis pas fan des descriptions qui durent des pages et des pages, et ici, on nous laisse avec exactement ce qu'il faut pour s'imaginer parfaitement l'île de tous les mystères. La qualité de la mise en contexte d'un temps de guerre ainsi que les marques que celle-ci a pu laisser non seulement sur le grand-père de Jacob mais sur tous les protagonistes, qu'ils soient de près ou de loin touchés, est fantastique.
  • Tout ce qui tourne autour de l'île, quelque soit son époque, est fascinant. L'alternance des époques au même et unique lieu est rudement bien menée, j'ai énormément apprécié. 
  • Les références faites étaient brillantes, je note surtout celles faites à David Lynch et à Peter Pan. 

Tout ça, c'est pour les trois cents premières pages (ce qui est déjà pas mal, vous allez me le dire...) Le soucis, c'est bien qu'ensuite, quelque chose s'est brisé. La bulle dans laquelle j'étais au cours de ma lecture quelques pages avant a comme éclaté, et d'un récit que je trouvais innovateur - bien qu'il m'a énormément penser au film l'Orphelinat, que je suis sûre l'auteur a dû regarder -, je me suis retrouvée embarquée dans n'importe quel livre fantastique typé jeunesse. Vous pouvez bel et bien crier au paradoxe, car d'une originalité pure, on est passé à un cruel manque d'originalité. 

  • Tout d'abord, au niveau de ce qui rend ces enfants particuliers,si je dois avouer que bien que c'était sympa de découvrir qui savait faire quoi, la plupart n'étaient pas des choses jamais vu nulle part ailleurs (hormis peut être Miss Peregrine.) Cependant, je l'admets bien volontiers, ça ne m'a pas gêné plus que ça : Après tout, ce n'est pas parce que c'est déjà vu que ça enlève la qualité de la chose.
  • En revanche, à partir du moment où une certaine énigme-enquête est menée (vers la 300ème page du roman environ) pour découvrir qui a fait une certaine chose, les événements qui s'enchaînent sont plus que banals, je trouve, et ne collent pas du tout avec le reste du roman. J'y ai même trouvé du cliché : la traque du monste, la confession du grand méchant... Hmm... Je m'attendais clairement à mieux, d'autant plus que j'ai trouvé la suite plus que prévisible... Et clairement trop jeunesse par rapport au reste, qui aurait pu se retrouver destiné à un public de tout âge. 
  • Si j'ai adoré l'alternance des époques, je dois avouer néanmoins que je me posais certaines questions quant à ça qui n'ont pas trouvé réponses. 

Aussi, si j'admire la qualité de la mise en contexte d'un temps de guerre, je dois reprocher le fait que le livre est vendu comme "une réflexion sur le nazisme, sur la persécution des juifs, sur l'enfermement et sur l'immortalité." Si je m'accorde sur le fait de la réflexion sur les deux derniers faits, pour ce qui concerne les deux premiers, je ne suis pas d'accord. La persécution est abordée de façon très brillante au début du roman, mais je ne l'ai pas tellement retrouvée plus loin. Elle était évoquée, vu qu'elle fait partie intégrante du passé de la famille de Jacob, mais je m'attendais à ce qu'on s'attarde plus la dessus, à ce que ça soit plus approfondit, plus travaillé, plus présent, puisque c'est sur ça que la quatrième de couverture du bouquin insiste. J'ai l'impression que l'auteur a commencé à écrire une superbe métaphore qu'il a oublié de terminer. M'enfin, c'est peut être moi qui suis trop exigeante. 

 Comme ça, je me pourrais me rendre compte que les points positifs seraient plus importants que les points négatifs. Sauf que, le bémol, c'est que c'est clairement sur un énorme point négatif que c'est terminé ce livre (pour moi en tout cas) me laissant ainsi une sensation amère. Je suis un peu déçue, je dois l'avouer. 

Du coup, je ne le recommande pas forcément à tout le monde, si ce n'est pour la qualité de la narration de la majeure partie de l'oeuvre, que j'ai vraiment beaucoup apprécié. Je ne sais cependant pas si je lirais le tome deux. Sûrement, un jour. 

Cependant, pour la petite annecdote, étant au courant que ce livre sera bientôt adapté au cinéma par Tim Burton, je n'arrêtais pas de m'imaginer ce qu'il pourrait bien en faire, ce qui explique certainement pourquoi je m'imaginais Miss Peregrine avec le visage et l'allure d'Eva Green.

J'ai en revanche soigneusement éviter d'imaginer Ella Purnell en Emma parce que... Voilà quoi.

Je vous souhaite comme toujours de passer d'excellentes lectures,

Love always 

 

Puisque j'étais incapable de m'arrêter, j'ai pensé à tout un tas de choses tristes et négatives, et j'ai nourri mon chagrin, jusqu'à ce que les sanglots me fassent suffoquer. J'ai pensé à mes arrière-grands-parents, morts de faim. A leurs corps lancés dans des incinérateurs par des inconnus qui les haïssaient. Aux enfants qui avaient vécu ici, disparus avant l'heure parce qu'un pilote indifférent avait appuyé sur un bouton. A mon grand-père, privé de ses parents, et à papa, qui avait grandi avec le sentiment de ne pas avoir de père. A moi-même, enfin, sujet aux cauchemars et à des épisodes de stress aigu, allongé dans une maison en ruine, en train de pleurer à chaudes larmes. Et tout ça, à cause d'une blessure vieille de soixante-dix ans que j'avais reçue en héritage, tel un cadeau empoisonné. A cause de monstres que je ne pouvais pas tuer, car ils étaient déjà morts.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Léa Touch Book 16/02/2015 06:52

J'ai bien aimé cette lecture mais j'ai préféré la première partie :)

Tiffany 16/02/2015 14:16

Nous sommes donc du même avis :)