Review série : "Once Upon A time" au fil des saisons : De l'apogée à la déchéance, partie 4

Publié le par Wendy&Belle

Puisque le blog nage dans une tendance de réécritures de contes ces temps-ci, après trois articles traitant du sujet (que vous trouverez ici, ici et ici), il est grand temps de plonger dans ce que le titre de ces review vous promet depuis le début : La déchéance, et ça tombe plutôt bien, car demain la série reprendra aux Etats-Unis. Ô joie. 

Alors, pourquoi, pourquoi, pourquoi cette série est-elle tombée dans l'abysse de la médiocrité, elle qui s'annonçait si prometteuse ? Que s'est-il passé ? La réponse, ici. J'espère que vous êtes prêts.

Attention, attention. Cet article est rempli de haine. Et pour ceux qui n'en seraient pas à ce stade de la série, j'en profite pour vous prévenir que je vais spoiler tout ce qu'il s'y passe du début à la fin.

Fans, vous voilà prévenus.

Je m'apprête sans aucun doute à déchaîner les enfers, mais Elsa, personnage principal du film Frozen, soit "La Reine des Neiges" en versions VF (que je déteste, je l'admets, de base), dans Once Upon a Time, c'est la preuve ultime que la série est tombée dans un abîme de médiocrité sans fond. Vraiment, c'était la pire de toutes les décisions que la série pouvait prendre.

                   

Voyez ? Même Disney vous le dit.

Outre le fait que j'ai détesté le dessin animé de la Reine des Neiges (contrairement à 90% des gens sur Terre), l'influence de la société de production Walt Disney sur la série jusque là était pour ainsi dire minime.  On pouvait remarquer que certains détails provenaient de leurs dessins animés, certains costumes étaient clairement du copié/collé, la présence de Jiminy Cricket, qui a été inventé par Disney, le chien Pongo, la petite sirène s'appelle Ariel, la Belle aux bois dormant Aurore, Belle est une inconditionnelle de la lecture, Gaston apparaît. Cependant, ce n'était pas excessif, la série avait son propre nom, sa propre identité, ses prorpes histoires. Par exemple, ils sont allés chercher des contes du Folklore allemand très peu adaptés, ils ont refait de A à Z l'un des personnages les plus emblématiques de l'enfance pour en faire un personnage détestable, ont établit des liens très étroits avec beaucoup d'entre eux. 

Il est juste de dire qu'il y a eut beaucoup de génie dans la réécriture.

Pour nous laisser place à ça ?

Et pourtant si.

Le principe même de la série tournait autour de la réécriture des contes de notre enfance, sous un jour que jamais nous n'aurions soupçonné. Oublié l'originalité des choses, oublié le charisme propre à Once Upon a Time, j'ai eu l'impression d'assiter à un marathon de "combien de clin d'oeil à Disney on pourra caser en 40 minutes d'épisode" tout le temps que ça a duré. 

Si la série avait voulu faire une réécriture de La Reine des Neiges, elle l'aurait fait à partir du conte original. Elles aurait repris ses personnages, qui n'ont rien à voir avec ceux de Disney. Ils auraient pu explorer davantage l'univers de Handersen. Vous n'allez pas me faire croire qu'avec comme sujet les contes, on peut être à court d'idées.

 Ils n'auraient jamais dû s'attaquer au film Disney lui-même, pour une seule bonne raison : C'était se soumettre à des règles, à des limites. En effet, les personnages appartenant en tout points à Disney, des droits ont dû être signés, -au point que maintenant la série fasse la promo de toutes les nouveautés Disney- et les scénaristes ne pouvaient pas décider de tout envoyer en l'air (comme je l'ai espéré tout le long de la saison.) Ils devaient se limiter en premier lieu du design des costumes, mais aussi et surtout aux traits de caractères du dessin animé, sans oublier de suivre la continuité de ce que le film avait déjà fait. Ici, c'est loin d'être une réécriture. C'est une suite.  Ils ne se donnent même pas la peine de reprendre ce qui a pu se passer aux sans doute rares personnes ne l'ayant pas visionner, partantant sans doute du principe que tout le monde a payé sa place de cinéma pour aller voir ce "chef d'oeuvre" -ou en tout cas vendu et gobé comme tel.

Ce n'était pas une production artistique. Cette saison n'est qu'un pur fan service. En effet, à la vue des pertes d'audience suite à la saison dernière, la série se devait de faire quelque chose pour redresser le tir et se permettre de continuer. Quoi de mieux que d'adapter un film ayant fait autant d'entrées au cinéma que Frozen ? Qui plus est, ça attirera les fans du film original qui seront ravis de retrouver leurs "héros", en plus de gagner des parts du jeune public. Et c'est réussit ! Plus de 10 millions de chiffres d'audience. D'autant plus que la suite de cette saison aura pour vedette Maléfique, également revisité en film par Disney la même année. (C'est la crise !)

On aura beau nous dire que l'intrigue était inspiré du conte original, mensonges et bilveuzées. Ici, c'était la course pour être le plus ressemblant possible au film. Les personnages, les costumes, les lieux, jusqu'aux décors des portes était identiques. Si jusque là ça peut être toléré si on fait preuve de beaucoup de laxisme , prenons le problème majeur : La série ne pouvait pas prendre de libertés, comme elle a pu le faire avec d'autres contes. Ayant pour but le fan service, elle ne pouvait pas se permettre de dénaturer un personnage ou de lui donner des caractères qui ne sont pas les siens. Sans parler des droits, les fans n'auraient sans doute pas apprécier du tout qu'Elsa ne soit tourné en psychopate, ou quelque chose de ce genre. Elle était soumise à ce que le public attendait, puisque tel était son but, et dés lors, c'était l'échec aristisque assuré. Qui plus est, les accords avec Disney ne se sont pas arrêtés là, ils sont jusqu'à aller empiéter encore plus sur la Belle et la Bête... Pour attérir  chez Fantasia. Si ce n'est pas un cri de désespoir, ça...

Qui plus est, là où nous avions des scènes excellentes, on a eu droit à des scènes d'un ridicule consommé. Je n'ai jamais eu autant envie de me frapper la tête contre un mur pour oublier tout ce que je venais de voir. Voici d'ailleurs une liste non exhaustive des plus ridicules d'entre elles : 

  •  La scène où Elsa fabrique un escalier de glace. 
  • De manière générale, toutes les fois où Elsa nous montre ses immenses talents de magicienne. 
  • "It never bothered me."
  • La scène de Belle dans le magasin d'Arendelle.
  • Le petit discours d'Elsa à Emma sur l'importance de s'accepter soi-même, qui la fait changer d'avis en environ une minute trente. En prenant en compte qu'une vie tout entière ne permettait pas toujours de s'auto accepter, merci Elsa pour ce petit monologue aussi cliché que ridicule.
  • Le monstre de glace. Sérieusement... C'était vraiment indispensable ? Ils auraient pu faire venir Olaf, ça aurait été tout aussi ridicule.
  • Les petits trolls en pierre. Je ne connais pas leurs vrais noms (et je m'en fiche totalement), mais ils sont allés jusqu'à les reproduire au détail près. Bonjour, originalité. Comment te portes-tu ?
  • L'histoire de la bergère diabolique. A quel moment vous vous êtes dit que c'était une bonne idée ?
  • Le pathétisme de la méchante. Attention, Ingrid aimait ses soeurs. W-o-u-a-w. 
  • D'ailleurs, la méchante vend des crèmes glacées...?
  • Les balais animés. Autant introduire des scènes de pubs pour les films Disney au sein de la série.
  • "Chocolate !"

Le pire, c'est que ce n'est même pas fini.

Les personnages principaux, c'est à dire Elsa, sa soeur et son mec, sont tous atrocement niais et même pas developpés (beh oui, Disney s'est déjà chargé de les rendre attachants n'est ce pas ? Parce que c'est bien connu, tout le monde adore Disney.) D'ailleurs, la première change d'avis toutes les secondes, et n'est omnibulée que par elle-même, sans jamais se dire que toute une ville est concernée par ses conneries. La série veut également bien faire comprendre qu'Elsa est dans le show, parce qu'à aucun moment celle-ci n'éprouve le besoin de se changer. Forcément, sans sa robe, on ne l'identifierait pas toute de suite si on tombait par hasard sur la série. Personne ne pouvait bien sur lui prêter une autre robe, comme Belle a pu le faire pour Ariel dans la saison précédente, évidemment. Même Hook s'y est mit, c'est dire. Si jusqu'à présent on pardonnait la naïveté des gentils, c'est parce que les méchants avait la charge de nous faire vibrer. Mais même la méchante (si on peut vraiment l'appeler ainsi) est niaise, peut être même encore plus que tous les autres ! Réellement, si on examine tous les vilains de la série et leurs buts, on obtient :

  • Regina, qui a pour but d'abolir les fins heureuses, maudissant tout un monde pour enfin être heureuse.
  • Cora, sa mère, désireuse de voir sa fille monter sur le trône et avoir tout ce qu'elle n'a pas pu avoir, c'est-à-dire le pouvoir absolu, qu'elle cherche ensuite à obtenir en devenant la nouvelle Ténèbreuse.
  • Rumplestitskin, obsédé par l'idée de retrouver son fils, devenant l'homme le plus puissant de son pays, condamnant ce même pays à toutes sortes de tourments et  à une malediction pour cette fin.
  • Le Roi George, voulant à tout prix la tête de Charmant pour sa trahison et ses conséquences.
  • Greg et Tamara qui voulaient détruire la magie, quitte à assassiner toutes les personnes présentes en ville, torturer une femme et kidnapper un enfant. (Bon, ces deux-là étaient ridicules également et ne font pas long feu, mais bon, au moins il avaient un vrai but.)
  • Peter Pan et sa quête de la jeunesse éternelle, prêt à tout pour l'obtenir, devenir immortel et avoir tous pouvoirs sur son île, puis sur Storybrooke.
  • Zelena, la Méchante Sorcière de l'Ouest, vivant dans le but de remonter le temps et changé le passé, pour que son avenir soit différent, c'est-à-dire, en autre chose, que sa mère ne l'abandonne pas et que sa soeur ne voit jamais le jour.

Pour finir sur Ingrid, dont le but est... d'avoir deux nouvelles soeurs. La famille a beau être le thème principal de la série, c'était vraiment la chose la plus pitoyable jamais trouvé. Ils n'avaient que ce point là sur lequel ils pouvaient se lâcher, mais non, ils ont fait une méchante aussi immature et niaise que les nouveaux personnages. Surtout que contrairement à tous les autres méchants de la série, y compris ceux qui se sont rempentis-c'est à dire celle- , celle-ci n'assume même pas son statut d'antagoniste, et ne demande qu'à se faire aimer et pardonner, pour au final se tuer en s'excusant d'avoir voulu violer l'esprit de toute une ville jusqu'à ce que tout le monde s'entretue. La malediction qu'elle lance aurait pu être intéressante : Les personnages auraient fait ressortir le pire d'eux mêmes, pour ne voir que le pire dans les autres. Au final, on a droit à une querelle d'amoureux entre Snow et Charming. Même Regina ne peut pas remedier à ça. Quel gâchis, Handersen doit se retourner dans sa tombe.

D'ailleurs, tant qu'on est dans les méchants, pourquoi diable ont-ils voulu détruire toute l'évolution du personnage de Rumpelstitskin ? Pourquoi ne l'ont-ils pas fait s'arrêter après sa mauvaise action de fin de saison trois ? Pourquoi aller inventer cette histoire à dormir debout pour se libérer de sa dague ? Tant qu'on y est, y a t-il un méchant que ce personnage ne connaît pas ?  Tout est en contradiction avec ce qui a été réalisé dans les saison précédentes. En gros, c'est un peu comme si en voyant que le navire était en train de couler, les scénaristes ont essayé de sauter sur un autre bâteau, et lequel ? Disney, vous l'aurez compris.

Je ne vais pas parler de Belle (ou de son jeu navrant), de son petit lien à Anna, des scènes ridicule qui en ont découlé, ou de sa très touchante naïveté. Pour une fois qu'elle fait quelque chose d'intelligent à la fin de la saison... (pour une fois qu'elle fait quelque chose tout court, d'ailleurs.)

La seule chose et unique chose qui aurait pu sauver l'intrigue était Regina. Celle-ci se lance en début de saison à la recherche de l'auteur du livre de contes de Henry, en se disant qu'il pourrait lui écrire une fin heureuse. Malheureusement, ce n'est pratiquement jamais présent à l'écran. Cependant, cela devrait être réparé dans la partie B de la saison 4. En tout, il faut l'espérer.

La saison se termine sur Belle ordonnant à Rumple de quitter Storybrooke, en sachant pertinement qu'il ne pourra jamais revenir, folle de chagrin suite à sa trahison, et réalisant (enfin) sa véritable nature. Enfin Robert Carlyle nous propose un autre jeu que le méchant sans scrupules qu'on lui a imposé tout le long des autres épisodes, cela laisse présager une suite moins niaise -j'utilise beaucoup ce mot décidement- et plus intéressante que la quête d'Elsa pour retrouver sa soeur. (Franchement, qui a pu un seul instant douter de ses retrouvailles? )La fin pourrait d'ailleurs nous promettre quelque chose de mieux que ce qu'on a eu là - bien qu'en même temps je doute qu'il soit possible de faire pire- puisque Henry a trouvé une piste quant à l'auteur du livre d'origine, et Emma se joint alors à ce qu'ils ont appelé "l'opération Mangouste." Regina est plus emballée que jamais, maintenant que Robin, dans le but de sauver Marian ( alors qu'on ne sait même pas pourquoi celle-ci s'est faite gêlée), s'est resigné à quitter la ville sans possibilité de retour, laissant Regina le coeur brisé. Mais de vous inquiétez pas, ils nous disent déjà qu'ils vont remedier à ça.

Je ne suis pas spécialement fan du couple Regina/Robin. Pour moi, il fait trop rapide, comme répondant à un besoin de ne pas laisser le personnage le plus apprécié de la série éternellement seule.  Evidemment, on ne peut pas faire sa vie seul et en être heureux; on ne peut exister que dans les yeux de quelqu'un d'autre. Peter, tu avais rémedié à ça ! Mais ça ne t'as pas trop réussi. Je n'ai pas non plus aimé l'idée que Robin se sente obligé de rester avec Marian. (ni qu'il se dise que puisqu'elle est gêlée il peut se tapper Regina sans soucis.) Ce que j'ai aimé en revanche de cette intrigue ci, c'est l'évolution du personnage de Regina, qui se ne s'imagine même plus faire le mal pour parvenir à ses fins, fait des sacrifices, sait enfin qui elle veut être et fait tout pour le rester, tout en sachant que c'est la peine qui l'attend.

 

On peut peut être dire que la fin rattrape légérement le début pitoyable de la série. Sérieusement, l'élément d'introduction est d'un cliché sans nom, on ne doute pas une seconde du fait que cette "vérité" sera dévoilée dans les derniers épisodes. D'ailleurs, l'élément de résolution est tout aussi pitoyable...  Je n'ai même pas la force de l'écrire. Vraiment, l'intrigue ne m'a à aucun moment permis de m'attacher à l'undes personnages, et m'a même fait détester ceux que j'appréciais avant. A part Kristoff qui fait parfois preuve d'un humour rélevant du comique de situation, cela est plus dû au charisme de l'acteur qu'à une intelligence de scénario... Alors qu'en parrallèle, la team gentil accepte directement Elsa, comme si elle avait été là depuis toujours, comme si elle n'était pas responsable des agissements d'une sorcière en nevrose, comme si elle n'avait pas menacé la sécurité de tous, parce qu'encore une fois, c'est bien connu, on peut tous faire confiance à une princesse Disney. D'ailleurs, on ne peut désormais plus faire de gentils plus niais ! Oubliée, la Blanche-Neige guerrière, forte, indépendante... Bonjour la femme au foyer qui ne veut plus que rester chez elle à faire des crêpes tout en faisant des vannes sur l'allaitement pendant que son mari combat le crime. Bonjour, le cliché ! En parrallèle, nous avons Hook et Emma commençant à filer le parfait amour... Toujours dans l'idée que le bien... bein, c'est bien, et qu'être heureux en étant célibataire quand on est sexy, c'est pas possible. Pour autant, ça ne veut pas dire que tout doit être facile, il vaut mieux essayer de compliquer des choses simples. Qu'est ce qu'ils feraient pas pour un peu d'intrigue...

Bon. On est quand même laissé avec la chute de Rumplestitskin (ce qui est bien)... Qui retrouve des purs méchants Disney (ce qui l'est moins.) 

Le plus important reste que cette saison ne fait que râbacher les thèmes déjà abordés dans les saisons précédentes, en voulant faire passer quelque chose de proprement ridicule - désolée Snow, mais tes soucis de montées de lait...-  pour comique. L'opposition du bien et du mal est ici plus que ridiculisée, plus qu'inexploitée, plus que fouillie, plus que brouillonne; elle est illusoire, n'a aucune profondeur, aucun enjeux, aucun intérêt. Du fan service, quoi. Il faut attendre les derniers épisodes pour apercevoir la notion de sacrifice abordée au travers de Regina, mais totalement gâchée par Elsa, qui pas une seule fois n'envisage de laisser tomber sa quête pour retrouver sa soeur, alors que celle-ci est probablement morte et enterrée depuis belle lurette, (ce qui, malheureusement, n'est pas le cas) pour le bien commun,  pour des gens qui bien qu'ils n'aient aucun lien avec cette inconnue instable et insupportable ont tout donné pour lui permettre de s'intégrer et régler ses problèmes -ce par quoi elle les récompense en ne voulant que partir du début à la fin, se moquer de tout ce qui ne touche pas directement à son personnage et à ses propres buts, et qui en retour est recompensée par ce qu'elle voulait. Elsa, c'est la preuve que l'égoïsme est recompensé. Que dire de plus ?

Je vous aimais, personnages de Once Upon a Time !

Tout cela me laisse une désagréable impression de filon épuisé. Les scénaristes ne savent apparement plus quoi faire, et ne veulent se résoudre à juste mettre fin au projet, comme toute bonne série devrait savoir le faire avant de tomber dans l'abîme de cette façon.

 

Je sais que j'y vais un peu fort, mais sérieusement, comment peut-on avoir des idées et des concepts aussi géniaux, et juste les bousiller, les faire éclater en mille morceaux ? Pourquoi aller gâcher tout ce que la série a pu faire, pourquoi tout ruiner ? Je suis certaine qu'avec un tout petit peu d'imagination, ils auraient pu rémedier à leurs problèmes d'audience sans vendre l'âme de leur travail. Ici, c'est vraiment prendre son public pour des abrutis, convaincu qu'il ne peut pas prendre plus que ce qu'on va bêtement lui faire acheter. Bien des réalisateurs se sont retrouvés à faire des films qu'ils ne voulaient pas faire, pour avoir un chèque et faire ce qu'ils veulent vraiment. Ils pourraient au moins assumer. S'ils l'avaient voulu, ils auraient repris les personnages originaux du conte, ils seraient aller piocher dans l'univers de C.S Lewis, (quoi qu'il serait regrettable de gâcher un talent pareil, et il vaut mieux qu'ils n'y touchent pas plutôt que de le gâcher de la sorte.) Les idées n'ont pas l'air de leur manquer; mais il n'était certainement pas possible de tomber plus bas. Regarder ces épisodes a été une torture sans nom. Honnêtement, je ne l'ai regardé qu'en espérant y retrouver quelque chose, en espérant que Regina fasse quelque chose (en priant pour que Peter Pan revienne.) Peter Pan never fails ! Il serait grand temps que les scénaristes reprennent leurs esprits. J'espère juste qu'ils nous épargneront un défilé de tous les personnages existant chez Disney. Mais bon, à la vue des prochaines campagnes de pubs, j'en doute.

Et il est très probable que ce ne soit que le début..

D'ailleurs, Star Wars est entré chez Disney. Mais non... Ils ne nous feraient pas l'affront... Ils ont déjà fait le coup de Léia dans la saison trois. ça, c'était un clin d'oeil réussit. ça aurait emplement suffit. 

Et puis, les fans de la saga iraient gueuler trop fort; ils ne s'en remettraient surement pas.

En conclusion, Once Upon a Time est un projet d'une grande originalité. Malheuresement, en dépit des idées grandioses qui en ont dégouliné au début, les scénarios n'auraient pu tomber plus bas en cette saison. C'est une déception sans nom, alors que les trois premières fut fort réussies. (Ou du moins, il y avait suffisament de points positifs pour rattraper les négatifs.)

La série reprendra là où elle s'est arrêtée le 1er mars. Je serai tentée de dire que de toute manière ils ne pourront pas faire pire, mais je ne voudrais pas qu'ils cherchent à relever le défi. Chose qu'apprement ils ont décidé d'entreprendre, vu qu'ils ont de toute évidence prévu d'intégrer des personnages Marvel à leur désastre. C'est bien joli d'appeler des super-héros à la rescousse pour sauver le navire, mais quand le navire est au fond, le navire est au fond. 

Maintenant que ça c'est fait, n'hésitez surtout pas à me dire ce que vous pensez de cette série, que vous l'ayez ou non visionné dans son intégralité, et j'espère n'avoir offensé personne avec mes propos, car là n'était évidemment pas le but.

Je vous laisse avec ma confession ultime sur la série, vous souhaite de belles lectures (et de bons visionnages), love always. 

Publié dans review série

Commenter cet article

Cécile Attrape-Mots 06/03/2015 22:30

Whaaaaaaa, ton article m'a tellement fait rire! C'était peut-être pas l'objectif, mais franchement, ton article est un pur régal. C'est vrai que j'aime bien OUAT, mais ça fait du bien de temps en temps de lire un avis qui n'adule pas la série (j'en avais lu aucun, pour tout dire), mais qui au contraire la tourne en dérision! Surtout que je suis bien d'accord avec toi concernant le marathon de "combien de clin d'oeil à Disney on pourra caser en 40 minutes d'épisode" :p

PS : "Le monstre de glace. Sérieusement... C'était vraiment indispensable ? Ils auraient pu faire venir Olaf, ça aurait été tout aussi ridicule." <- ça m'a tué!

Tiffany 11/03/2015 11:13

Oh ça fait plaisir de savoir que tu as eu le courage de lire ce gros pavé :3 S'il t'a fait rire tant mieux, ça me rassure même, parce que pour le coup tout le monde adule Elsa & compagnie et je me disais en l'écrivant "olala tu vas te faire tellement lyncher :')"
Aaaaah surtout que les clins d'oeil à Disney sont loin d'être terminés xD

Léa Touch Book 02/03/2015 07:01

J'adore cette série donc voilà :p
Je dois avouer que j'ai hâte de savoir ce que nous réserve Rumple ^^

Tiffany 03/03/2015 22:40

J'adorais aussi ! Jusqu'à cette saison. x)
Mystères et boules de gomme...