Chronique littéraire : La sélection, tome 3, "L'élue", par Kiera Cass

Publié le par Wendy&Belle

Editions France Loisirs, parût en 2015, première parution en 2014

Résumé : La Selection prend un ultime tournant. Quant à America, sa vie a changé pour de bon. Et elle est decidée à se battre. Pour Maxon. Mais d'autres concurrentes se sont dangereusement rapprochées du prince. La seule solution: Riposter.

                                                                                                                                                                       

Voilà l'effet que cette trilogie m'a fait.

Au moins, on ne peut pas me reprocher le fait de ne pas avoir persévéré.

Ce tome-ci m'a particulièrement deçu. Certes, le premier tome ne m'avait déjà pas fait grande impression, mais il avait constitué une distraction sympathique, tout comme le deuxième tome, qui était toutefois un peu plus travaillé, et même intriguant. Les avis multiples comme quoi cet opus était le meilleur de ce qui devait être à la base une simple trilogie m'avait fait espérer quelque chose de bien meilleur.

Quelle torture.

Autant vous prévenir que cette chronique sera très dure. 

J'ai lu les deux tomes précédents l'été dernier, ce qui peut expliquer un certain nombre de choses. Premièrement, j'avais oublié à quel point America était exaspérante. Comment peut-on dire que ce personnage évolue, alors qu'il ne fait que changer d'avis toutes les deux pages ? Sans compter le fait qu'elle est d'un égoïsme sans nom, qu'elle n'est qu'une idiote incapable d'aligner deux pensées cohérentes, doublée d'une manipulatrice imbue d'elle-même, prenant un plaisir inexplicable à jouer les martyres. Que ce soit Aspen, Maxon, les Rénégats, n'importe quel personnage ou même les lecteurs, j'ai vraiment du mal à comprendre ce qu'on peut bien lui trouver. Même si j'apprécie ses quelques gestes de noblesse, le fait de vouloir la faire passer pour une nouvelle Katniss ou comme une fille au caractère affirmé, forte et indépendante me fait doucement rire, car elle n'est rien de plus qu'une adolescente faisant sa crise, ayant un désir de se rebeller tout en se débattant avec ses problèmes de coeur, à mes yeux en tout cas.

Mon souci majeur avec cette saga reste tout de même l'auteure : On pourrait croire qu'elle a écrit ça entre ses douze et quatorze ans, tant le style est banal, très oral, que l'aspect politique reste en surface et que les personnages, en plus d'être trés clichés, ne sont que très peu réfléchis et travaillés. J'aimerais pouvoir dire que ce tome est une jolie parodie de dystopie, mais la parodie est un art, et je ne peux considérer ce livre comme tel. Ouch, c'est dur, ça... Sérieusement, jamais une intrigue politique ne serait aussi simple, aussi simplément réglé, et jamais les rapports entre les rebelles et la hierarchie en place ne pourraient se passer de cette manière. Sans compter que ma réaction face à la solution de l'auteure était purement et simplement "how convenient", comme c'est pratique. 

Ce qui est d'autant plus dommage, c'est qu'avec un minimun de travail en plus, les éléments choc semés dans le livre auraient eu un réel potentiel. Celui de nous  mettre en haleine, de nous faire douter, même. Mais c'est sans compter sur un des défauts majeurs de cette saga : La description est quasi absente. Ainsi, on ne va pas en profondeur dans l'âme des personnages, ni dans la réflexion, ni dans les enjeux. On a même pas droit à des éléments de décors pour se situer ! C'est un réel problème,  surtout en dystopie, où le contexte est essentiel pour réellement comprendre dans quoi vivent les personnages. Sans compter que nous sommes tout de même dans un palais. Puisque l'auteure a décidé d'écrire sur de jolies filles portant de jolies robes, autant s'en donner à coeur joie et décrire leur quotidien ! Quotidien d'or et d'argent qui pourrait grandement contraster avec la pauvreté de certaines castes, et ainsi ajouter des enjeux, chose que Hunger Games faisait très bien - Cela dit, on va pas comparer ce qui n'est pas comparable, Collins a dû travailler son histoire pendant des nuits entières, et comparer ces deux dystopies serait comme comparer des torchons et des serviettes. Sérieusement, elle pourrait au moins se donner la peine de fournir son roman de ce côté là. Ici, tout arrive très vite, de sorte que ça tombe plus comme un cheveux sur la soupe que comme un élement réellement saisissant. Cela dit, je ne sais pas si je devrais m'en plaindre, au moins le livre est plus court, et donc terminé plus vite. 

Bon, le point Aspen pourrait être considéré comme un point positif à la fin du livre. Juste parce qu'il a un raisonnement que j'ai bien aimé, même si cela ne cassait pas trois pattes à un canard et était déjà vu. ça faisait quand même du bien. Le point Céleste, aussi. Même si cela paraissait un peu gros pour que ça passe, au moins, ce personnage là était sympa. Néanmoins... Rien de bien original, encore une fois.

Le Passeur. Legend. Hunger Games. Orwell. Ces oeuvres là sont de réelles oeuvres de dystopie. Ici, j'ai vraiment du mal à le ranger dans cette classe tant c'est mal abouti, tant ce n'est pas le but majeur. J'ai déjà du mal à le classer en young-adult. En middle-grade, à la rigueur, car je ne pourrais le conseiller de le lire qu'à des lecteurs en dessous de treize ans, et encore, il y a des oeuvres bien meilleures adaptés à cette tranche d'âge là.

Je ne comprends clairement pas le succès de cette série, et je comprends d'autant moins la nécéssité d'un quatrième tome. Cela dit, vu le talent de l'auteure, je comprends qu'elle ne puisse écrire autre chose. Qui plus est, je trouve très brillant l'idée de nommer ce quatrième tome de manière à spoiler totalement ce qu'il pouvait se passer dans le troisième. Est-ce qu'on peut compter ça comme preuve de la prévisibilité de la chose ... ?

Pardonnez-moi pour la dureté de mes paroles, je ne souhaite évidemment offenser personne, mais une fois encore, je ne peux pas nier le fait que ce livre m'a ennuyé du début à la fin.

Puissiez-vous passer de belles lectures, love always. 

C'est tout de même étrange d'avoir la certitude qu'on a dit quelque chose quand, en réalité, on ne l'a jamais dit. Comme il est étrange de penser qu'on a entendu quelque chose alors qu'on ne l'a jamais entendu.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Attrape-mots 29/05/2015 18:51

Ahahah, je crois que c'est la première fois que je lis un avis négatif sur ce livre... ça fait du bien! Jj'ai bien aimé cette saga, mais c'est trèèèèèèèèès loin d'un coup de coeur ;)

Tiffany 30/05/2015 15:17

Haha ravie d'avoir écrit le premier que tu vois x) Je comprends oui ^^

Léa Touch Book 18/05/2015 19:05

J'ai été super déçue par ce tome 3, il est vraiment médiocre : cela ne tient pas la route, tout se termine trop facilement, les deux héros sont insupportables... C'est dommage ^^

Tiffany 18/05/2015 19:11

On est d'accord :)

Lamagiedespages 18/05/2015 01:25

Franchement tu m'as tuée xD. Je ne suis pas forcément d'accord sur tout, j'ai même apprécié ma lecture, mais j'avoue que t'as très bien résumé mon impression pour la fin facile ^^.

Tiffany 19/05/2015 14:45

Rah j'espère ne jamais te faire bouder dans mes chroniques alors xD

Lamagiedespages 18/05/2015 22:47

C'est parce que je suis de bonne foi :D -et très modeste aussi-. Plus sérieusement, j'aime "La Sélection", mais je ne la place pas non plus sur un piédestal. Si ça se trouve, j'aurais boudé si tu avait dit ça d'une saga que j'adule xD.

Tiffany 18/05/2015 13:40

Haha ravie que ça t'ait fait rire, surtout si tu n'es pas du même avis ^^ J'avais peur qu'on puisse le prendre mal ^^