Chronique littéraire : "Oscar et la dame rose", par Eric-Emmanuel Schmitt

Publié le par Wendy&Belle

Editions Albin Michel, parût en 2002.

Résumé : "Oscar a dix ans et il vit à l'hôpital. Même si personne n'ose le lui dire, il sait qu'il va mourir. La dame rose, qui le visite et " qui croit au ciel ", lui propose, pour qu'il se sente moins seul, d'écrire à Dieu."

                                                                                                                                                        

 

A mon sens, je trouve que l'on reconnaît la bonne littérature jeunesse à ce qu'elle n'en est pas. Enfin, pas vraiment. Je ne sais pas où est rangé ce roman en librairie... Mais quelque chose me dit qu'il doit être à portée de mains des plus jeunes mains. C'est bien. On a besoin de livres de cette qualité dans nos jeunes âges. Toutefois, nul besoin d'être jeune pour apprécier ce roman, et ceux de son genre, pour une raison simple : Le protagoniste, Oscar, n'a beau être âgé que d'une dizaine année, et s'exprime donc avec la manière et le vocabulaire, celui-ci va s'interroger sur des questions essentielles, aux enjeux cruciaux, qui toucheront tout, et tout le monde. Il va ainsi chercher à comprendre la vie, la mort, les façons de vivre, et celles de mourir. 

Il découvre ainsi le concept de perception. J'ai ainsi beaucoup aimé les réflexions que lui pose la Dame Rose, et sa façon de voir Oscar avant tout comme un enfant, non pas comme un enfant malade, même si elle est la première à admettre sa condition, et la seule à accepter de lui en parler sans tabou. Oscar trouve ainsi en elle une confidente, une amie avec laquelle il n'a pas à faire semblant. A laquelle il peut poser des questions sans que celle-ci ne cherche à les éviter, contrairement à ses parents ou même à ses médecins.

La Dame Rose simplifie évidemment les choses afin qu'Oscar puisse prendre pleinement conscience de l'importance de ces réflexions, sans pour autant les réduire. C'est d'ailleurs elle qui l'incite à entreprendre ce format épistolaire avec un correspondant qui n'est autre que Dieu lui-même. La question est d'ailleurs abordée avec une très grande subtilité, et les deux dernières lettres du roman m'ont énormément touché. 

Qui plus est, tout ce roman est teintée d'une douceur extrême. Cette tragédie qui est relatée parvient à créer une très grande tendresse en même temps qu'une très grande sagesse. J'admire le talent de l'auteur d'avoir réussi à faire cela. 

Je vous conseille donc ce livre de tout mon coeur.

Puissiez-vous passer de belles lectures, love always. 

Si je m'intéresse à ce que pensent les cons, je n'aurai plus de temps pour ce que pensent les gens intelligents.

Regarde chaque jour le monde comme si c'était la première fois.

Commenter cet article

petit pingouin vert 06/09/2015 19:48

Ah non je n'ai pas vu le film ! Mais j'aimerai bien ;)

Tiffany 06/09/2015 21:22

Haha moi aussi ^^

Livresquement 06/09/2015 18:23

Je l'avais lu et j'avais vu le film il me semble (je n'en suis plus trop sûre). J'ai trouvé l'histoire très touchante, il faudrait que je le relise d'ailleurs :)

Tiffany 06/09/2015 18:25

Oh ! Est ce que le film est bien alors ? :)

Petit pingouin vert 01/09/2015 19:05

Je l'ai lu il y a un moment maintenant , j'en garde un super souvenir :)

Tiffany 02/09/2015 12:41

Tu as vu le film ? :)