Chronique littéraire : "Struck", par Chris Colfer

Publié le par Wendy&Belle

Editions Michel Lafon, parût en 2013, première parution en 2012.

Résumé : "Carson Phillips est prêt à tout pour entrer dans la fac de ses rêves… et par la même occasion, laisser derrière lui une mère dépressive et une ville misérable. Même s’il lui faut, pour appuyer sa candidature, lancer seul un magasine littéraire. Malheureusement pour lui, les étudiants ne semblent guère capables d’écrire autre chose que des textos. Qu’à cela ne tienne, l’adolescent est aux aguets, et surtout il n’a plus rien à perdre. Après tout, qu’arriverait-il si le beau gosse du lycée apprenait que sa petite copine pom-pom girl couche avec le coach dans son dos ? Ou que la première de la classe n’hésite pas à envoyer des photos d’elle nue à n’importe qui sur Internet ? Pour parvenir à ses fins, Carson a une nouvelle stratégie toute trouvée : il se transforme en maître chanteur. Mais à force de jouer les corbeaux, ne risque-t-il pas de se brûler les ailes ?"

                                                                                                                                                         

Chris Colfer est un acteur, et un chanteur. Il est connu et réputé pour ses talents, essentiellement pour ses performances dans la série Glee. Alors, quand j'ai entendu dire qu'il s'était mis à écrire, j'ai été intriguée. Comprennez-moi, je voulais savoir s'il était possible de briller dans tous ces milieux. Imaginez : Cet homme aurait toutes les cordes à son arc.

Donc...

Ma foi, c'est une grande - et bonne - surprise !

Soyons clair dés le début : La manière de construire son livre et la trame de son série n'a rien de très franchement nouveau. Pourtant, je dois reconnaître un énorme point positif à son style : Il n'est que pur sarcasme. Il utlise un cynisme pour caractériser son personnage principal, Carson, qui m'a forcément énormément parlé et touché - qui m'a plût. 

D'ailleurs, j'ai été surprise en errant sur la blogosphère de lire autant de chroniques blâmant le manque d'empathie que l'on ressent envers Carson. Le personnage n'est pas fait pour recevoir de l'empathie en lui-même - même si son historique familial et les choses qu'il endure au lycée devraient aidé ce phénomène - mais est construit pour qu'il apprenne à ressentir de la compassion envers ceux qui l'entourent, qu'il parvienne à les comrpendre, à les voir sous un nouvel angle. Tous les personnages principaux n'ont pas à être de gentils petits agneaux destinés à nous toucher dans un sens où on le plaint, et ici l'auteur explique très clairement - et à plusieurs reprises - que son personnage est tout sauf sympatique, qu'il est égoïste, arrogant, prétentieux et méprisant. Le but de sa construction est de s'éloigner de lui pour faire un geste envers les autres - chose compliquée car inédite et par le fait que... Vous le saurez si vous lisez le livre. Ou voyez le film, mais soyez prévenu : Celui-ci commence direct par la fin et donc vous spoile intégralement. 

Il existe d'ailleurs une certaine métaphore de la vie de Carson que celui-ci ne réalise que très tardivement : En effet, les plus grands moments d'introspection du personnage ont lieu suite à des visites chez sa grand-mère, et le cour de sa vie est résumé dans la brève histoire que celle-ci nous raconte à plusieurs reprises, celle du garçon qui voulait voler. L'expliquer serait simple, mais gâcherait totalement le sentiment de fin de lecture quand tous les éléments sont mis bout à bout.

"Je crois que j’étais tellement occupé à essayer de me faire entendre que je n’ai jamais cherché à l’écouter."

Véritable phrase clé de l'oeuvre.

Je m'attarde essentiellement sur le personnage de Carson car, de manière intentionnelle, les autres ne sont que de purs clichés, et ne sont guère développés plus que par leur simple physique, et essentiellement définits par leur statut social. Je dis intentionnel car ce n'est pas par manque de temps ou de talent que ces personnages ne sont qu'effleurés : C'est bien parce que Carson ne sait que très peu de choses sur ses camarades, et s'attarde donc sur des choses évidentes, comme le physique, et sur ce qu'il en ressort si nous observons tout ça sans réellement s'y intéresser. Rappelons nous que Carson est égoïste et méprise clairement ses camarades, ne leur accorde donc aucune importance, ce qui augmente ainsi l'importance de la future prise de conscience du personnage vis-à-vis de la vie des autres, qui n'est peut être pas aussi idyllique qu'il s'ait plût à penser, ou peut être même qu'il n'est lui-même pas aussi intelligent et mature qu'il pensait l'être. Ce n'est qu'à travers leurs courts textes qu'il les força à écrire que celui-ci en apprend un peu plus.

"Salle de colle : Je ne pense pas qu'on puisse appeler ça un club, mais ses membres sont les plus assidus."

Le début de ce récit commençait fort : Il donnait déjà parfaitement le ton de ce que ça allait être. Carson est un être qui réfléchit énormément, et ce qui est bien fait, c'est qu'il finit par se mettre à réfléchir sur la façon dont il réfléchit. Certes, le style, c'est-à-dire le vocabulaire et la formation des phrases est assez simple et familière, et les réflexions sont exposées de façon légerement maladroite par moment, pas développées outre mesure, mais si nous observons les choses dans son contexte, Carson écrit dans son journal intime pour se défouler et se décharger de toutes les choses négatives de son quotidien, non un quelconque plaidoyer. Néanmoins, j'admets regretter un style plus prononcé, plus plaisant à lire, un approfondissement des procédés littéraires pour appuyé son récit. Malgré son contexte, cela donne l'impression d'une oeuvre assez légère, et bien moins poignante qu'elle aurait pu l'être. Toutefois, le style choisit a bien sur ses qualités, notamment un humour qui fait mouche et que j'ai réllement apprécié.

N'oublions surtout pas le plus important : C'est un roman engagé.

Et je dois avouer que ça a été ma plus grande surprise ! Non seulement parce que les romans engagés se font de plus en plus rare dans le milieu littéraire - la place étant faite à la distraction plutôt qu'à la réflexion, chose plus que débile évidemment, mais c'est un autre sujet. , mais parce que ce livre renferme plus qu'il n'y paraît. Il y a tant de réflexions sur le système éducatif et sur la perception adolescente dîtes de façon tellement crues, sans prendre de pincettes que wow! ça impose un certain respect, autant que cela peut agacer. En même temps, certaines vérité ont toujours un côté agaçant. Evidemment, le terme vérité est ici à prendre au sens large, car il est évident qu'étant écrit du point de vue de Carson, extrêment acerbe et cynique, tout aussi critique que ses camarades, celui-ci n'est donc pas plus fiable que qui que ce soit sur la vie en général, même on peut reconnaître une certaine capacité à réfléchir certainement plus intense que les autres, dû au fait que leurs objectifs diffèrent : La plupart de ses camarades veulent profiter de l'instant présent sans se préocuper de l'avenir, tandis que Carson subit le présent en ne pensant qu'à son avenir rêvé. 

Je dois également admettre que je ne m'attendais absolument pas à une telle chute à la fin de ce roman, d'autant plus que j'avais deviné dés la moitié du livre ce qui allait se passer pour un certain élément très important aux yeux de Carson. Cette chute, pourtant, je ne l'ai vraiment pas vu venir, malgré les quelques indices dissimilés par ci et là que je remarque maintenant, et m'a clairement fait l'effet d'une claque. Cette fin accentue tous les propos de Carson et au final, pourrait accentué le ton très négatif et pessimiste qui marque bien le personnage, sans que celui-ci ne s'en rende bien compte, malgré un certaine prise de conscience au fur et à mesure. Pourtant, c'est d'une toute autre façon que je choisis d'interpréter ce livre :

  Le monde est dur, et les gens pessimistes. C'est à vous seul d'en créer le positif.

Puissiez-vous passer de belles lectures, love always. 

Ce qui m'irrite le plus, c'est que nous lâchions les gamins dans le monde sans qu'on leur ait enseigné à tenir leurs comptes, demander un prêt, ou même répondre à une offre d'emploi. Est-ce que résoudre une formule au carré signifie qu'ils sont prêts à affronter le monde ?

Commenter cet article

Alison 27/08/2015 20:04

Je ne connaissais pas mais tu me donnes vraiment envie de le découvrir !

Tiffany 27/08/2015 20:06

J'en suis ravie :)

Naomi 17/08/2015 21:18

Bravo pour cette chronique très construite et très intéressante !
J'avais énormément aimé Struck ( certes pas autant que la sage Le Pays des Contes, toujours de Chris Colfer ), mais l'histoire m'avait véritablement plu, parce que le personnage de Carson est tout de même très profond. Un bon perso' qui sait toucher au final.
J'ai comme une envie soudaine de le relire, et grâce aux gifs, d'enfin voir le film !

Tiffany 19/08/2015 14:18

Oh merci ^^
Je serai ravie de savoir si tu aimé le film !

La magie des pages 13/08/2015 00:43

Très belle chronique ! J'ai adoré Struck, et rien que de lire ta chronique ça me donne envie de le relire :).
Je te conseille sa saga "Le pays des contes", c'est un registre totalement différent, mais j'ai adoré tout autant ! Je dirai même que l'écriture est plus travaillée.
J'ai vu le film aussi, que j'ai également beaucoup aimé, même si en voyant que ça commençait par la fin du livre, j'ai eu une réaction du genre "Ah oui carrément".

Tiffany 16/08/2015 00:26

Je te fais confiance, alors :)

La magie des pages 15/08/2015 23:32

J'avoue que quand est une question qui revient souvent. J'ai le tome 2 dans ma PAL, que je VEUX lire, mais je n'arrive pas à le sortir car il est en VO et qu'il fait au moins 500 pages ^^. Après, c'est vrai qu'il y a un aspect jeunesse, mais le monde des contes est juste merveilleux :).

Tiffany 15/08/2015 21:23

Oh ça c'est gentil, merci beaucoup ! :)
Je pense la lire oui, en tout cas le premier tome. L'aspect vraiment jeunesse m'effraie un peu, mais ce livre m'a assez mise en confiance, et ton commentaire vis à vis de l'écriture me convainc. Je me lancerai donc ! Mais quand ? Telle est la question !
C'est vrai que le début est déroutant ! Toutefois, je trouve que du coup l'aspect rend bien :)

Ferilou 12/08/2015 11:41

J'avais lu ce dernier il y a un bon moment ! J'avais beaucoup aimé Carson et ses sarcasmes ! C'était une lecture marquante et agréable qui comme tu le dis apporte beaucoup de réflexions mais j'ai été déçu, pour moi la fin arrive trop vite, le dénouement est trop brutal !

Mais c'est un bon roman, je suis d'accord ;)

Tiffany 15/08/2015 21:22

C'est vrai... Mais je dois dire que je ne m'attendais tellement pas à une telle chute que j'ai un peu passé cet élément ^^

Léa Touch Book 10/08/2015 18:24

J'aimerais bien le lire car j'aime cet auteur/acteur :)

Tiffany 10/08/2015 18:26

Tu peux foncer !