Chronique littéraire : "Virgin Suicides", par Jeffrey Eugenides

Publié le par Wendy&Belle

Editions Points, parût en 2010, première parution en 1993.

Résumé : "Dans un quartier résidentiel et huppé de Grosse-Pointe (Michigan), cinq soeurs, des adolescentes entre 13 et 17 ans, se suicident en l’espace d’une année. Cécilia, la plus jeune, ouvre le bal. Les autres l’imiteront un an après. Entre-temps, les gamins du voisinage auront vécu et souffert avec elles... à distance. Ce suicide les aura tant marqués qu’une vingtaine d’années plus tard, alors qu’ils frôlent les quarante ans, ceux-ci mèneront une enquête dans l’espoir un peu fou d’éclaircir toute cette affaire. Ce récit en est le résultat, la reconstitution la plus minutieuse et la plus fidèle possible d’une année pour le moins particulière. Tous les témoins, les animés comme les objets les plus dérisoires, sont donc convoqués."

                                                                                                                                                                     

" Le matin où ce fut au tour de la dernière des filles Lisbon de se suicider - c’était Mary cette fois-là, et les somnifères comme Thérèse -, les deux infirmiers arrivèrent à la maison en sachant exactement où étaient le tiroir des couteaux, et le four à gaz, et la poutre dans la cave où on pouvait attacher une corde. Ils sortirent du véhicule du Samu comme d’habitude beaucoup trop lentement, selon nous, et le gros murmura : « On n’est pas à la télé, nous on va pas plus vite que ça. » "

Ceci est le tout premier paragraphe du roman. 

Nous pouvons réellement dire qu'il donne tout le ton de son histoire.

Il est difficile d'aborder un livre tel que Virgin suicides, car il est difficile d'aborder le sujet de Virgin suicides. Le suicide, qui plus est chez de si jeunes personnes, et une chose si délicate à traiter. Pourtant, l'auteur ne prend aucune pincettes pour nous conduire au coeur de la chose, puisqu'il nous annonce dés le départ que les cinq filles Lisbon se seront tuées avant la fin du bouquin. De ce fait, on ne peut décemment pas s'attendre à une lecture légère, au contraire. C'est un livre très dur, évidemment, qui nous trouble, déstabilise, à tel point qu'on ne sait pas très bien quoi en penser une fois terminé. La chose est assez complexe.

 

 

Tout est relaté par un groupe de garçons fascinés par les filles, qui se trouvent être leurs voisines. Ce choix les rend totalement anonymes, on ne sait rien sur eux en tant qu'individus hormis quelques détails de leurs vies après le suicide des filles, afin d'illustrer quel impact celles-ci ont eût sur eux, même après leur décès. La narration se concentre énormément sur des descriptions des filles, de leurs actions, qui sont au final de banals événemments du quotidien la plupart du temps - celles-ci n'ayant aucune libertés - à l'exception de Lux, sur laquelle on s'attarde principalement, car semblant être celle qui tenta de mettre fin à son ennui par des moyens plus extrêmes que les autres, et leurs suicides, évidemment encore. C'est donc une narration relativement passive et contemplative. Toutefois, la fascination qu'ont ces adolescents sur ces adolescents rend toutes ces actions plus fortes, et lourdes de sens. Leur emprisonnement et leur mise à l'écart est décrit à la perfection, tout comme leur dépression, ou du moins l'accentuation de ses signes : En effet, comme le point de vue des filles n'étant jamais explicité, on ne peut essayer de les comprendre et de les cerner qu'à partir des témoignages que les garçons auront collecté au fil du temps. L'inaction est également l'un des thèmes les plus présents dans l'oeuvre. 

" Trip Fontaine ne perçut aucun signe d'anormalité chez les filles, mais plus tard il dit quand même : " Vous vous seriez tués juste pour avoir quelque chose à faire." " 

Ce qui peut poser probème au cours de cette lecture, c'est justement cette fascination qui caractérise le groupe de garçons, cette inclination à sublimer les filles, à sublimer leur dépression, leurs gestes, jusqu'à leur suicides. Ceci mène à un certain lyrisme magnifique, mais qui se retrouve finalement être horrible, jusqu'à pouvoir choquer le lecteur. Cette représentation des filles comme des êtres presque mystiques, quasi surréels, fantomatiques, peut donner l'impression que les garçons leur donne au final raison, d'une certaine façon. Ces remarques peuvent être balayées d'un simple coup d'oeil aux derniers paragraphes du roman, qui paraît être bien l'avis de l'auteur que celui des garçons, car pourrait jurer avec la façon dont ils ne cessent de décrire les filles

Personnellement, je trouve que cet espèce de détâchement par rapport à la gravité de leur acte est dû évidemment à cette fascination qui les anime, mais égalemment au fait que l'intention de l'auteur n'était clairement pas d'écrire un livre de développement personnel par le biais d'une fiction, et ne donne à aucun moment de solutions à la depression, ou à l'ennui, ou à quoi que ce soit. Il est clairement plus tangible que ce que blâme l'auteur est l'innaction des témoins.  Les narrateurs n'en sont pas moins choqués, mais leur choc se manifestera sous une forme plus latente. Ce livre, ce ne sont que des garçons, qui finissent par devenir des hommes, qui tentent de comprendre, pour au final se rendre compte que jamais cela ne sera jamais possible. 

" "Qu'est ce que tu fais là, ma petite ? Tu n'as même pas l'âge de savoir à quel point la vie peut devenir moche." Et c'est alors que Cecilia délivra oralement ce qui devait être la seule forme que prendrait son ultime message, inutile d'ailleurs, puisqu'elle allait vivre : "On voit bien, docteur, dit-elle, que vous n'avez jamais été une fille de treize ans." "

Cela nous ramène énormément à Nietzsche, et à sa philosophie de l'art : Qu'il est le voile que l'on pose sur la vérité afin de rendre celle-ci, qui est par nature horrible, dont même le plus courageux des hommes ne serait assez fort pour la regarder en face, supportable, et belle, même si la beauté est encore un concept à approfondir et sujet à débats. Cela mène au sublime, du genre de celui-ci qui est, je trouve, représenté dans ce livre, qui paraît et nous fait ressentir une gêne, quelque chose proche du malsain et du glauque par moments, mais avec des passages qui restent fondamentalement magnifiques, malgré son horreur. De l'art, quoi. Le style de l'auteur est magnifique, rempli de métaphores, très bien construit - la seule chose que je pourrais lui reprocher serait peut-être l'un des éléments de fin que j'ai trouvé fort peu crédible, mais enfin, passons. Ce roman reste un roman extrêmement bien écrit, même si je ne sais honnêtement toujours pas si cette j'apprécie ou non cette façon de sublimer les filles, que l'on finit par décrire plus mortes que vivants alors même qu'elles respirent encore. Je pense à la fois que oui, et à la fois que non. Il est difficile d'avoir un avis tranché sur la question. 

Nous sommes toutefois happés à notre tour par ces filles, qui finissent par nous fasciner, et que nous tenterons de comprendre - même si le livre transcrit très clairement des raisons pouvant expliquer leur decision, tout cela ne sera au final qu'hypothèses et suppositions. 

"Nous avions affaire à une rêveuse totalement déconnectée de la réalité, en sautant elle a du penser qu’elle allait voler."

Ce livre a eu droit à son adaptation, datant de 1999, réalisé par la génialissime Sofia Coppola, que j'avais visionné bien avant de lire le livre, et que j'aimais déjà beaucoup, et peut maintenant affirmer que celle-ci a parfaitement su retranscrire l'ambiance de ce roman, avec un style qui lui correspond parfaitement.

Je serais ravie de savoir ce que vous avez pensé de ce roman - ou de son adaptation. 

Puissiez-vous passer de belles lectures, love always. 

Commenter cet article

Elsav 18/11/2015 12:17

J'ai lu ce livre il y a bien 10 ans quand j'étais au lycée, il m'avait beaucoup marqué comme le film d'ailleurs !
Ta chronique m'a donné envie de le relire ;)

Tiffany 21/11/2015 12:48

Marqué en bien ? Certains de mes amis ont été traumatisés par cette histoire ^^
Haha pourquoi se priver ? :P

Liphéo 13/09/2015 22:48

Ce film déjà <3
J'ai le livre depuis des lustres dans ma bibliothèque... je sais qu'un jour je lirais, et après ton article c'est encore plus certain :3

Tiffany 13/09/2015 22:56

YEEEEEEAH !!

Marie LectureRousse 06/09/2015 17:21

Je ne connaissais pas du tout je prends note ;)

Tiffany 06/09/2015 18:23

Super !!

Petit pingouin vert 06/09/2015 12:08

J'aimerai beaucoup le lire mais j'ai beaucoup d'appréhension quant à la violence et l'émotion de cet ouvrage !

Tiffany 06/09/2015 18:22

C'est sur qu'à ce niveau tu risques d'être servie... Mais bon, avec une bonne dose de préparation tu peux toujours tenter !