Chronique littéraire : "After Alice", by Gregory McGuire

Publié le par WendyBelle

Editions Headline, 2015. Lecture VO. 

Résumé: 

"When Alice toppled down the rabbit-hole 150 years ago, she found a Wonderland as rife with inconsistent rules and abrasive egos as the world she left behind. But what of that world? How did 1860s Oxford react to Alice’s disappearance?

In this brilliant work of fiction, Gregory Maguire turns his dazzling imagination to the question of underworlds, undergrounds, underpinnings—and understandings old and new, offering an inventive spin on Carroll’s enduring tale. Ada, a friend of Alice’s mentioned briefly in Alice’s Adventures in Wonderland, is off to visit her friend, but arrives a moment too late—and tumbles down the rabbit-hole herself.

Ada brings to Wonderland her own imperfect apprehension of cause and effect as she embarks on an odyssey to find Alice and see her safely home from this surreal world below the world. If Eurydice can ever be returned to the arms of Orpheus, or Lazarus can be raised from the tomb, perhaps Alice can be returned to life. Either way, everything that happens next is “After Alice.”

                                                                                                                                                                                                           

First thing first, j'adore Alice.

  De l'oeuvre originale de Lewis Carroll, j'adore l'écriture, j'adore les personnages, j'adore l'univers. Du Pays des Merveilles, j'aime sa loufquerie, sa bizarrerie, sa folie, son non-sens. J'aime tout d'Alice. 

Donc; forcément, c'est toujours un plaisir de retourner dans cet univers. 

Encore faut-il que ça soit bien fait. Est-ce le cas ici ?

  Oui. Il faut dire qu'avec la plume de celui qui a écrit le grand et magistral Wicked, je ne prenais pas beaucoup de risques. Son style est riche, sans jamais être lourd, au service d'un point de vue très intéressant : L'entourage d'Alice. La petite fille elle-même est très peu présente, et le lecteur alterne les points de vue de la jeune Ada, une de ses amies, et de sa soeur, Lydia

  Lancée a sa poursuite, Ada se retrouve elle aussi au Pays des Merveilles, et n'aura en tête que de retrouver Alice, jeune fille à l'esprit très vif; très libre, qui lui cause parfois bien des soucis avec sa famille. Aussi, Ada passe par les mêmes lieux que son amie, et croise les même personnages. Nous retrouvons ainsi le chat de Cheshire, le Chapellier Fou ou la Reine de Coeurs; c'est à la fois un plaisir, car l'auteur a parfaitement compris ces personnages, et imite à la perfection leurs façons de penser, de parler, et de se comporter, et à la fois passionant de découvrir comment ceux-ci réagissent a l'arrivée d'Alice dans leur monde. 

  En parralèle, au coeur de l'Angleterre victorienne, Lydia, la soeur d'Alice, ne s'inquiète pas de l'absence d'Alice, convaincue que celle-ci reviendra quand elle sera lassée de jouer, ou qu'elle aura faim. Dans ce monde fait de convenances et d'étiquettes, elle s'efforce de faire au mieux ce qu'on attend d'elle, quand elle ne cesse de se faire importuner par la gouvernante d'Ada qui elle, n'a pas pour habitude de disparaître. Sans en avoir envie, Lydia finira par se résoudre à l'aider à tenter de les retrouver. 

C'est là que je dois avouer m'être légérement... ennuyée.

  Certes, ces passages sont très intéressants, car Lydia, qui paraît détestable, aime profondément sa soeur, bien qu'elle ne s'inquiète nullement de son absence; tandis que la gouvernante d'Ada, qui n'a de cesse de vouloir la retrouver, ne s'inquiète que de perdre son poste si elle n'y parvient pas. On a là une réflexion sur les intentions des gens de ce monde; toutefois, j'y ai trouvé une grande redondance. 

 Toutefois, ce qui rattrape cette redondance est le fait qu'il ne s'agit pas d'une réecriture pour enfants, loin de là. Comme dans Wicked, l'auteur va bien plus loin. A travers cette histoire, il travaille la très grande question de l'identité et de la liberté, plus particulièrement dans le contexte victorien de l'époque, et c'est... passionnant.

Comme l'univers d'Alice se doit de l'être.

  Donc, à tous les fans d'Alice, et même ceux qui ne le sont pas forcément, foncez. 

                                                             

Attend, tu disparais pendant un an et tu reviens comme ça, sans explications ?

Oui. Juste...


Puissiez-vous passer de belles lectures, love always. ♡

You know our Alice. She plays hide-and-seek but sometimes forgets to ask someone to look for her,

Winter still comes after autumn though you may have died over the summer.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article