Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chronique littéraire : "Lux : Obsidienne", par Jennifer L. Armentrout

Publié le par Wendy&Belle

Editions J'ai lu, publié en 2014.

RésuméQuand Katy déménage dans un coin paumé de Virginie-Occidentale, elle s'attend à tout sauf rencontrer des voisins de son âge. Déception, Daemon Black a beau être canon et avoir une sœur jumelle adorable, il n'en est pas moins insupportable et arrogant !
Lorsque Kat se rend compte que tout le monde semble fuir la famille Black, elle voit d'un autre oeil la froide suffisance de Daemon. Pourra-t-elle encore l'éviter quand tout lui crie de s'en approcher ?

                                                                                                                                                                                          

Que dire d'un livre comme Lux ?

Enfin, que dire que l'on aurait pas dit sur tous ces livres du genre ?

On ne va pas se mentir : Ce livre ne brille (haha, brille. Vous comprendrez si vous lisez ce livre.) pas par son originalité. Il suit même grandement le schéma d'une romance que l'on connaît bien, que l'on connaît même trop bien. Vous savez, la jeune fille ordinaire, banale, a la vie plutôt plate, qui débarque dans une bourgade un peu paumée alors qu'elle vient de la grande ville, et qui tombe sur le garçon mystérieux au secret fantastique, et qui pour une raison ou pour une autre, s'avère être spéciale à leurs yeux, au point qu'ils voudront évidemment la protéger... Bref. Vous connaissez le schéma.

Ce livre ne brille pas non plus par son style : L'écriture est très fluide, mais n'est pas particulièrement recherchée, travaillée, plutôt répétitive, tant dans ses propres phrases que dans des phrases que l'on connaît par coeur - vous savez, le désir implaccable que la jeune fille ressent pour le mauvais garçon insupportable mais pour lequel, contre sa propre volonté, elle ne peut s'empêcher de penser. Plus encore, elle manque cruellement de description, et les moments où elle s'y risque sont assez flous, assez approximatifs, et très courts. L'auteur se concentre sur ce qu'elle a dire pour faire avancer l'histoire, et c'est dommage, car si le fond d'un roman est bien sûr essentiel, la forme compte tout autant, si ce n'est plus. Quand on pense au fait que ce n'est déjà pas très original comme histoire, c'est d'autant plus dommage. 

Le fantastique de cette histoire est un fantastique auquel je ne connais pas grand chose, je l'admets, toutefois, je ne peux pas non plus dire que celui-ci est particulièrement original non plus, pour la simple et bonne raison que je suis une grande, grande fan des Simpson, et que cela m'a cruellement fait penser à un certain épisode - qui m'a d'ailleurs traumatisé étant plus jeune -, lui-même inspiré d'une certaine série qui est probablement la base du genre. C'est assez flou dit comme ça, je le sais bien, mais le fantastique de ce livre n'étant pas clairement exprimé, je ne veux pas prendre le risque de vous spoiler, - et étant donné que les Simpson comptabilisent environ cinq-cent quatre vingt deux épisodes (pour mon plus grand bonheur), je ne prends pas de grands risques en faisant allusion à l'un d'eux. (Pour les plus curieux, il s'agit de l'épisode 10 de la saison 8, mais allez voir ne serait-ce que le titre vous mettra sur la voie, sachez le.) Aussi, ce fantastique étant sensé être un secret, j'ai trouvé exagéré la façon dont tous les protagonistes se plaisaient à en parler devant Katy alors que celle-ci ne doit absolument pas être au courant.

Les personnages, comme vous pouvez-vous en doutez, sont très clichés et stéréotypés. Nous sommes face à une Bella bis, du charmant nom de Katy, banale avec une vie plate, pourtant prête à tout pour protéger cette étrange famille vivant juste en face de chez elle, y compris au mauvais garçon arrogant, grossier, mais évidemment plus que magnifique, "un dieu sur terre", comme elle le décrit elle-même, plus fort et puissant que n'importe qui, et qui fait naître une forte tension sexuelle chez notre chère héroïne. Ce personnage, du nom de Daemon, apparaît clairement comme détestable mais se trouve évidemment doté de qualités rédemptrices aux yeux de Katy, comme l'amour inconditionnel qu'il porte à sa soeur, Dee, qui est elle très simple, très lisse, juste scandaleusement sympathique et adorable. Ce roman est également rempli de personnages secondaires qui ne sont absolument pas développés, totalement plats, juste présents pour renforcer la tension existant entre Daemon et Katy. 

Ce qui pourrait rendre le personnage de Katy intéressant aurait pu être le fait qu'elle est une bloggeuse littéraire. Pourtant, à aucun moment elle ne fait allusion à un seul livre. Ou à la littérature. Ou à pourquoi elle rit autre que pour évidemment s'échapper de la réalité. Ce n'est que son hobby principal, sur lequel on ne s'attarde jamais. Je veux dire, quand on écrit un personnage passionné par la littérature, en tant qu'écrivain, ça donne envie d'utiliser ce trait pour parler de cette passion, non ? Pour moi, c'est un sérieux bémol de ne pas avoir saisi ce potentiel. 

A y regarder de plus près, je me rends compte que je ne trouve pratiquement aucun point positif à ce roman. Pourtant, je n'ai pas pu le lâcher. Je l'ai dévoré. Il faut avouer que c'est vraiment très simple à lire, et qu'il est donc terminé très vite. Mais l'écriture s'avère être addictive, ou en tout cas, elle m'a happé dans son histoire, et je voulais savoir ce qui allait arriver, même si honnêtement, je savais déjà plus ou moins ce qui allait arriver, car l'auteur nous met tout de même cruellement sur la piste. Pour une raison que j'ignore - non pour une raison que je connais parfaitement - ce bouquin a fonctionné sur moi : Je sortais de deux semaines de partiels, dont un de huit heures trente, et lire ceci juste après, qui ne nous prend absolument pas la tête tant l'auteur n'a clairement pas dû se creuser la tête pour l'écrire, m'a fait énormément de bien. Enfin, je pouvais me plonger dans un bouquin sans culpabiliser de ne pas réviser. Enfin, j'avais le temps de me poser et passer des heures à lire si je le voulais. C'était une sensation tellement agréable que je l'ai lu jusqu'à tard dans la nuit, et même une fois en plein milieu de la nuit, après m'être réveillé, et juste avant de me rendormir. A ce moment là, c'était bien. C'était très bien.

En conclusion, j'ai beaucoup apprécié ce bouquin rempli de défauts, car il m'a fait du bien au moment où j'en avais clairement besoin. Par honnêteté, je ne peux pas dire qu'il était mauvais. Je suis même sûre de lire la suite, tant il m'a fait du bien. Toutefois, je ne suis pas sûre que j'aurais apprécié de la même façon ce livre si je ne l'avais pas lu à ce moment là. 

Puissiez-vous passer de belles lectures, love always. ♡

- Question suivante, exigea-il.
- Pourquoi es-ce que tu es un connard ?
- Tous le monde excelle dans un domaine, pas vrai ?
- Et tu fais du très bon boulot.

Depuis mon arrivée ici, je n'avais pas pu mettre à jour mon blog littéraire. J'avais l'impression d'avoir été amputée d'un membre.

Partager cet article
Repost0

Chronique littéraire : "Le plus petit baiser jamais rescencé" par Mathias Malzieu

Publié le par Wendy&Belle

Editions J'ai lu, parût en 2014. 

Résumé : Un inventeur-dépressif rencontre une fille qui disparait quand on l'embrasse. Alors qu'ils échangent le plus petit baiser jamais recensé, elle se volatilise d'un coup. Aidé par un détective à la retraite et un perroquet hors du commun, l'inventeur se lance alors à la recherche de celle qui "fait pousser des roses dans le trou d'obus qui lui sert de cœur". Ces deux grands brûlés de l'amour sauront-ils affronter leurs peurs pour vivre leur histoire ?

                                                                                                                                                                                   

Il y a des auteurs qui nous touchent, nous impressionnent tellement que nous achetons leurs livres sans même en regarder la quatrème de couverture. Mathias Malzieu fait pour moi partie de ces auteurs là.

Que dire ?

Cet homme est un magicien des mots.

Quoi qu'il écrive, ce sera magnifique.

Depuis que j'ai découvert cet auteur dans La Mécanique du coeur, à mes yeux, il n'a plus rien à prouver. Ses livres, qui se rapprochent toujours de la fable, du conte, nous emportent dans leur univers, si proche du notre mais plus beau, bien que plus triste. En fait, il s'agit souvent de personnages tristes qui finissent par trouver la beauté. Des personnages esquintés, blessés par la vie, qui se retrouvent un peu dans tous ses romans. Ils ne se guérissent pas complétement, mais sont toujours sur cette voie.  Souvent, nous avons la bonne surprise de voir quelques clins d'oeil à ses autres romans. 

Cette histoire est une petite perle, qui parle de l'amour et de sa douleur. Comment s'en remettre ? Comment à niveau y croire ? Il s'agit de surmonter, de faire et de se faire confiance à nouveau. De se retrouver dans ses sentiments, de s'apaiser. D'aimer à nouveau. 

Le lyrisme et les métaphores de l'auteur sont ici parfaites pour parler des bléssés d'amour. De la timidité. De la maladresse. De la beauté mais aussi de la dureté des sentiments. Ce sont des chapitres toujours plus beaux les uns que les autres, des passages toujours plus marquant. Ce sont des mots toujours simples mais placés de manière toujours juste. Des termes qui parfois n'existent pas mais qui devraient. Que dire d'un auteur avec un tel talent ?

Il faut le lire, tout simplement.

Puissiez-vous passer de belles lectures, love always. ♡

C'était à la fois effrayant et rassurant de se confronter à quelqu'un d'aussi
extraordinairement abîmé par l'amour. Un monstre de mélancolie qui se fait peur au point d'accepter sa condition de fille invisible...
Ses souffrances résonnaient avec les miennes et je me blottissais dans cet écho. Comme elle, je présentais un terrain miné par l'explosion amoureuse. Peut-être que si elle savait à quel point nos angoisses se rejoignaient, elle se détendrait un peu. À moins que ça la fasse fuir encore plus vite. Nous avions en commun ces matériaux inflammables, cette prédisposition à la passion, pour le meilleur et pour le pire.

Partager cet article
Repost0

Top de l'année 2015 ! (Pour continuer dans l'originalité)

Publié le par Wendy&Belle

Au moment de faire ce top, je m'apperçois que cette année, j'ai catégorifié uniquement cinq livres en "coup de coeur."

Il faut dire que je suis très exigeante.

Et en même temps, quand je repensais à cette année 2015, c'était vraiment ces livres là qui sortaient du lot. Ceux qui ont fait battre mon coeur très très très vite. Ceux qui m'ont vendu du rêve. Ceux qui se sont révélés exceptionnels. L'année dernière, le choix s'est révélé particulièrement difficile. Cette année, les choix se sont révélés être évidents.

Ce qui a été un peu plus hardu a été de décider quels étaient les flops de cette année, parce qu'au final, il y en a eu plutôt pas mal... J'ai donc été farfouillé un peu sur mon blog afin de retrouver ceux qui ont su hatiser ma haine... Et j'ai trouvé ! Wouhou !

Félicitations donc aux pires livres de l'année 2015 :

1 - Les étoiles de Noss Head, par Sophie Jomain, aux éditions France Loisirs, parût en 2014. (lien de la chronique)

2 - Pour un jour avec toi, par Gayle Forman, aux éditions Kero, parût en 2013. (lien de la chronique)

3 - Fifty Shades of Grey, par E.L James, aux éditions Arrow Books, parût en 2011. (lien de la chronique)

4 - After, par Anna Todd, parût aux éditions Gallery Books, parût en 2014. (lien de la chronique)

5 - Coeur Cerise, par Cathy Cassidi, aux éditions Pocket Jeunesse, parût en 2011. (lien de la chronique)

Chacun de ces livres m'a horrifié. Ils étaient tous clichés au possible, et si certains auraient pu faire dans l'originalité, au final leurs ambitions ne sont absolument pas atteintes. Certains livres vous décoivent, et d'autres vous font cet effet là, un effet supérieur, un effet qui vous donne envie de réduire ces livres en cendres tant ils vous ont énervé. J'ai hésité à mettre Fifty Shades  of Grey au dessus des autres, car en plus d'être très mauvais, il est grave, car banalise la violence de façon vicieuse et sournoise, mais étant donné que j'ai lu ce livre de façon qui se rapprochait carrément de l'étude sociologique, ce n'est pas celui-ci qui m'a donné le plus mal à la tête. Même s'il est celui qui m'a le plus choqué. Le plus étrange est que dans ce top, la plupart de ces livres sont très appréciés, même plus qu'adorés. Comme quoi, on interprète vraiment pas tous les choses de la même façon... Mais c'est ce qui rend la lecture intéressante, n'est-ce pas ?

Passons à quelque chose de plus joyeux : le top !

 

Voici donc les heureux élus :

 

 Janvier 2015 - Ce premier coup de coeur en tout début d'année ne m'a pas du tout surprise, étant donné l'excellence des deux premiers tomes. Cette dystopie est vraiment incroyable, la meilleure que j'ai pu lire, ma préférée, une de mes histoires préférées, et des personnages géniaux. June est probablement mon héroïne par excellence. Par tous ces points il devint le cinquième livre qui me fit pleurer dans ma vie. Je ne reviens toujours pas de ce torrent d'émotion qu'il m'a fait vivre. (lien de la chronique)

 

   Février 2015 - Je me souviens avoir lu ces deux tomes à la suite, car je ne pouvais tout simplement pas me sortir cet univers magique de la tête. Ces bouquins m'ont tellement transporté ! Chacun est un vrai travail d'artiste, des réécritures exceptionnelles, une originalité inégalée, un talent incontestable. Un pur délice à lire. (lien des chroniques Charm & Beauty)

 

 Mai 2015 - Le coup de coeur en fantaisie que je n'attendais plus, tant c'est un domaine que je côtois peu finalement, hormi quelques grands classiques. J'ai été subjuguée par cette histoire, cet univers, ces personnages (Arnaut ♥), et ce style, mon Dieu, ce divin style. Je ne peux qu'applaudir des deux mains le travail réalisée pour cette saga qui a su me conquérir jusqu'à m'obséder durant des semaines, à tel point que je ne pouvais que lire et relire ces tomes encore et encore. (lien de la chronique)

 

 Toujours mai 2015 - Ce roman est le petit coup coeur inattendu. Les précédents coups de coeur étaient des suites, je m'attendais donc à aimer. Pour être honnête, je m'attendais à aimer ce livre, pour aimer le style de Rainbow Rowell, et l'intrigue expliqué dans la quatrième de couverture. Mais de là à imaginer cet effet de chaleur, d'igloo de couvertures, de douceur, qu'il me ferait à peine commencé... Rien que pour cette sensation là j'ai su que c'était un coup de coeur. L'histoire se déroule à notre époque, dans notre univers, sur un thème que nous bloggeurs connaissons bien, et c'était bien. C'était tellement bien. (lien de la chronique)

 Août 2015 - Alors toi joli livre, je ne sais qu'écrire à ton propos tant tu es unique. Tant tu es parfait. Tant tu es horrible. Et tant tu es beau. Tu fais également parti des rares livres à m'avoir ému aux larmes, à m'avoir chamboulé, à m'avoir fait ce que tu m'as fait tout simplement. Jamais je ne pourrais te résumer tant tu es complexe, et jamais je ne pourrais te décrire d'une façon qui te rende justice. Je ne peux qu'encourager tout le monde à te lire. De tout mon coeur. (lien de la chronique)

 

Ces cinq livres ont chacun à leur manière réussi à me faire envisager le monde sous un point de vue différent, à considérer la vie autrement, en plus d'avoir réussi à me faire voyager sans sortir de mon lit, et rêver les yeux ouverts, même dans notre propre monde, tant leur plume était magique. Je ne peux que les recommander de tout mon coeur, tant j'ai une affection toute particulière envers chacun d'eux. 

                                                                                              

Je vous souhaite de passer une excellente année 2016, toutes les meilleures choses du monde, et bien évidemment, Puissiez-vous passer de belles lectures, love always. ♡

Publié dans blabla littéraire

Partager cet article
Repost0

Chronique littéraire : "Carry on", by Rainbow Rowell

Publié le par Wendy&Belle

Editions St. Martin's Griffin , publié en 2015. Lecture VO.

Résumé : "Simon Snow is the worst chosen one who’s ever been chosen.
That’s what his roommate, Baz, says. And Baz might be evil and a vampire and a complete git, but he’s probably right.
Half the time, Simon can’t even make his wand work, and the other half, he sets something on fire. His mentor’s avoiding him, his girlfriend broke up with him, and there’s a magic-eating monster running around wearing Simon’s face. Baz would be having a field day with all this, if he were here—it’s their last year at the Watford School of Magicks, and Simon’s infuriating nemesis didn’t even bother to show up."

                                                                                                                                                                                                                         

J'étais tellement, tellement, excitée de lire ce livre. 

Qu'est ce que c'était chouette !

Ce roman relate les aventures de Simon Snow et de Baz, deux protagonistes que nous avions à travers les fanfictions de Cath, dans Fangirl. La première chose sur laquelle je voudrais revenir est la suivante : Quelques petites choses m'ont dérangé dans ce roman, et l'on aurait tendance à les justifier par le fait que ce livre est sensé être une fanfiction.

Sauf que ce roman n'en est pas une.

Selon la définition Wikipédia, une fanfiction est "un récit que certains fans écrivent pour prolonger, amender ou même totalement transformer un produit médiatique qu'ils affectionnent, qu'il s'agisse d'un roman, d'un manga, d'une série télévisée, d'un film, d'un jeu vidéo ou encore d'une célébrité. Une fanfiction reprend, en les développant différemment, les thèmes classiques du scénario d'origine, le « canon ». Elle peut continuer l'histoire ("suite") en dévoiler l'origine ("prologue) ou encore « combler les béances du scénario »" L'auteur écrit une fiction. Cette fiction est seulement inspirée des personnages qui dans un roman extérieur à celle-ci, étaient utilisées dans une fanfiction. Ecrite par l'auteur même. Dans le cadre de sa fiction. Donc, pour moi, si des failles apparaissaient dans ce roman, le fait que ce roman soit sensé être une fanfiction n'est aucunement une excuse. D'ailleurs, ce serait dire que toutes les fanfictions ont des failles, et sous un certain angle, qu'elles n'ont pas de valeur. 

Dans tous les cas, j'ai trouvé ce roman très bon. Pour reprendre une pensée commune à tous, des éléments font clairement penser à Harry Potter, et je trouve que c'est un bel hommage à la saga. D'ailleurs, il est important de signaler que cette histoire va dans sa propre direction, et le fait très bien. J'ai au début beaucoup aimé la façon dont nous tombons dans une histoire sensée être déjà commencée, déjà développée. Simon connaît déjà la magie, les lieux, les personnages, sait déjà qui est son ennemi, et l'a déjà affronté. Toutefois, un peu plus loin dans l'intrigue, j'ai regretté que l'auteur ne s'adapte pas plus et ne développe pas un peu, surtout concernant la relation entre Simon et Baz. J'ai lu Fangirl, je l'ai adoré, et j'étais donc déjà attachée à ces deux personnages. En revanche, j'imagine que ceux qui n'ont pas lu Fangirl trouveront un certain manque, auront vraiment la sensation que certaines choses tombent comme un cheveu sur la soupe. Néanmoins, le naturel avec lequel les choses vont se faire est cependant très beau, il renferme toute la beauté, la timidité, tous ces sentiments que l'on ressent quand quelque chose que l'on a jamais imaginé nous tombe dessus sans prevenir.

Et puis sincérement, j'aime tellement Simon et Baz que même en ayant lu (et adoré) Fangirl, j'ai vraiment regretté que l'auteur ne les mette pas plus en scène ensemble. Cela est peut être dû au fait que Baz arrive relativement tard dans l'histoire. 

Le personnage que je n'ai clairement pas compris est celui d'Agatha. Je comprends l'influence que cette relation a eu sur le personnage de Simon, mais en tant que personnage, je n'ai eu aucune empathie envers elle. Elle ne m'apparaît même pas antipathique, et je trouve dommage que l'on se soit concentré sur elle et pas plus sur Baz. 

J'ai énormément ri en lisant ce livre, essentiellement grâce à son humour anglais très bien placé. D'ailleurs, j'espère que la traduction saura transcrire au mieux toutes les références au monde anglophone, car je pense sincérement qu'en version traduite il y aura une perte, comme je pense que certaines références sont si propres à ce monde qu'à moins d'y vivre ou de l'étudier, elles passeront à la trape. Il y a une certaine noirceur dans ce roman, un vocabulaire et un langage très adulte, ce qui est très appréciable. 

Sur le plan de l'intrigue, j'ai trouvé ce roman extrêmement complexe. Contrairement à beaucoup d'autres saga à caractère magique (oui, même celle à laquelle nous pensons tous), celui-ci laisse infiniment plus de choix à ses protagonistes, et beaucoup plus de réalisme sur leur caractère politique. En effet, nous sommes très loin d'un schéma manichéen, et cela fait énormément de bien. Plus encore, moi qui ai tant de mal avec les histoires de prophéties et d'élus, j'ai été extrêmement satisfaite en lisant ce roman. C'était extrêmement bien pensé, c'était très bien fait, c'était rafraîchissant.

Comme tous les romans de Rainbow Rowell j'ai l'impression.

Puissiez-vous passer de belles lectures, love always. ♡

Sharing a room with the person you want most is like sharing a room with an open fire.

He's constantly drawing you in. And you're constantly stepping too close. And you know it's not good--that there is no good--that there's absolutely nothing that can ever come of it.

But you do it anyway.
And then...
Well. Then you burn.

Partager cet article
Repost0