Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

historique

Chronique littéraire : Outlander, livre 1, "Le chardon et le tartan", par Diana Gabaldon

Publié le par Wendy&Belle

Editions J'ai lu, parût en 2014, première parution en 1992.

Résumé : "Au cours d'une promenade sur la lande, elle est attirée par des cérémonies étranges qui se déroulent près d'un menhir. Elle s'en approche et c'est alors que l'incroyable survient : la jeune femme est précipitée deux cents ans en arrière, dans un monde en plein bouleversement ! 1743. L'Ecosse traverse une période troublée. Les Highlanders fomentent un nouveau soulèvement contre l'occupant anglais et préparent la venue de Bonnie Prince Charlie, le prétendant au trône. Plongée dans un monde de violences et d'intrigues politiques qui la dépassent, Claire ne devra compter que sur elle-même pour surmonter les multiples épreuves qui jalonnent ce formidable voyage dans le temps. Elle connaîtra l'aventure et les périls, l'amour et la passion. Jusqu'au moment crucial où il lui faudra choisir entre ce monde palpitant qu'elle aura découvert et le bonheur qu'elle a connu et qui, désormais, lui paraît si lointain..."

                                                                                                                                                                       

Alors. Que dire. Je l'avais déjà lu, y a quelques mois, après être tombée sous le charme de la série. Et là, en sentant peu à peu approcher la deuxième partie de la saison, - et l'hystérie qui entoure cet univers - je l'ai relu. Et que dire, c'était génial, c'est tout. C'était génial.

Paradoxalement, je n'ai pas grand chose à dire de cette belle brique de plus de huit cent pages. Je n'ai rien à lui reprocher, et cette chronique sera une véritable pluie de compliments.

Commençons tout d'abord par les personnages. Vous en avez assez des personnages féminins faibles, qui se posent toujours trente-six milles questions avant d'agir, pour au final finir par laisser faire leur mec, en mettant bien en évidence à quel point elles sont faibles et perdues sans eux ? Allez à la rencontre de Claire. Claire, est une femme forte. Agile, douée, fûtée, cultivée, pleine de compassion, qui sait garder son sang froid et qui s'efforce toujours de comprendre les autres. Son caractère est comparable à celui d'un lion, elle ne saurait garder la tête baissée et se taire face à tout ce qui se passe autour d'elle. Tout est si bien transcrit que nous ressentons tout ce que ressent Claire, sa fascination comme sa peur face à ce nouveau monde, mais également son coeur qui se déchire à la pensée de son mari qui l'attend à quelques centaines d'années de distance, et à ces nouveaux sentiments qui jaillissent en elle. On ne peut s'empêcher de s'attacher ce personnage, de compatir avec elle - Et Jamie en a bien sur encore plus de mal.

Je suis sûre, mais tellement sûre que vous connaissez Jamie. Il fait beaucoup parler de lui, ce charmant jeune homme -charmant reste à être défini- et cela est compréhensible : L'auteure developpe à l'extrême ses personnages. Leur passé, leur présent, leur situations, leurs relations, leurs ambitions : toute leur psychologie nous est exposée, et on peut ainsi compter sur les doigts d'une main les personnages plats, ce genre de personnages uniquement représentés par leur fonction. Jamie est lui aussi doté d'un très fort tempérament, et l'une des choses les plus fascinante - et amusante - de l'histoire est bien de voir comment leur relation évolue. Deux caractères aussi forts, souvent en opposition mais liés par une passion encore plus forte, qui, selon Jamie, finira par le détruire. 

Par ailleurs, si les deux protagonistes principaux se révèlent être tous deux forts intéréssants, l'antagoniste l'est tout autant. Le capitaine Rendall est défini par une folie pure et un sadisme dépassant toute mesure. Il ne semble avoir d'autres plaisir que celui de torturer, de tourmenter les pauvres âmes qui auront le malheur de croiser sa route. C'est un personnage qui fait froid dans le dos, et qui réussit parfaitement bien à attiser la haine, le mépris et le dégoût de tous les protagonistes du livres. Il est sans doute l'un des ennemis les mieux décrits et réussits que j'ai pu lire. 

Cela résulte d'un travail qui dû germer et se développer un long moment dans l'esprit de l'auteure avant qu'elle ne se mette l'écrire. On sent tout de suite que son manuscrit a été creusé, lu, relu, qu'elle a fait des recherches sur l'Histoire du pays avec un grand H, sur les lieux, sur la chronologie afin de vérifier la concordence des événement... Elle connaît son sujet et son terrain, cela se fait ressentir dans chacun de ses mots. Sans parler des descriptions parfaites qu'elle fait à travers Claire. Les histoires et les légendes relatées par tous participent à donner une ambiance de mythe, qui se révèle être effrayante au début - rappelons-nous que Claire débarque fraîchement des années 1945, où non seulement les progrès techniques et médicaux sont là, mais les moeurs sont également opposées - mais qui se dévoile enchanteresse au fur et à mesure.

Ceci est sans aucun doute le meilleur roman que j'ai pu lire ayant pour toile de fond de l'histoire. Tout dans cette oeuvre transpire la passion de l'écriture et la passion de son thème principal. De la même façon que Claire traverse le temps en passant par les pierres de Craigh Na Dun, nous, lecteurs, sommes transportés ailleurs le temps de huit cent pages. Nous en sortons charmés, ensorcelés, dépaysés - et on en redemande. Je ne peux qu'applaudir la maîtrise de l'auteure, et ne peux que lui témoigner mon admiraiton pour ce qu'elle a su créer. 

  Vous ne regretterez certainement pas de vous laisser emporter à votre tour dans ce voyage.

Puissiez-vous passer de belles lectures, love always. 

        

L'êtes vous ?

La frontière est parfois ténue entre la justice et la barbarie.

Partager cet article
Repost0